Projet de recherche : Les violences conjugales et la crise du Covid-19

La littérature existante sur la violence conjugale apporte aujourd’hui une connaissance approfondie sur la nature et les caractéristiques de ce phénomène. Les traités internationaux (CEDAW, Convention d’Istanbul), les enquêtes publiques (ENVEFF, VIRAGE) et les auteures activistes et chercheuses (Hanmer, 1977 ; Falquet, 1997 ; Hirigoyen 2005 ; Romito, 2006 ;  Jaspard, 2015) s’accordent sur le fait que la violence conjugale puise sa logique dans une asymétrie et dans un pouvoir du conjoint à l’égard de sa partenaire. Elle opère par une appropriation de son corps et une négation dans sa qualité de sujet. Ce phénomène se matérialise aussi par une emprise spatiale, c’est-à-dire par l’impossibilité de s’approprier et d’habiter les espaces, mais aussi, par un contrôle et une surveillance spatiale (allant par exemple jusqu’à l’utilisation des techniques de géolocalisation (Tillous, 2020)). Ces facteurs ont comme conséquence une diminution progressive du champ d’action spatiale des femmes concernées (perte de compétences spatiales, déprise spatiale (San Martin, 2019)).

En période de crise sanitaire du Covid-19, les autorités publiques imposé une restriction spatiale à l’ensemble de la population. Cette décision s’est redoublée de l’introduction de techniques de géolocalisation pour permettre d’identifier les possibles contagions. Ces mesures, bien que destinées à assurer la sécurité de tous·tes – et surtout de ceux.celles étant en situation de vulnérabilité – semblent rentrer en résonance avec le mode opératoire de la violence conjugale.

Cet état de fait interroge indéniablement le domaine de la sociologie et de la géographie, et se trouve à l’origine de la présente recherche. Ainsi, se déroulant dans les territoires de La Haute Garonne et de l’Isère entre novembre 2020 et août 2021, cette recherche vise, d’une part, accompagner les politiques publiques dans l’élaboration des réponses adaptées qui prennent en compte les situations de violence conjugale en cas de nouvelle crise sanitaire et, d’autre part, à formuler des propositions d’action qui favorisent une reprise spatiale des femmes dans l’espace public post-confinement.

Afin de parvenir à ces objectifs, cette recherche se construit autour de trois axes principaux. Le premier porte sur les effets du confinement et des mesures corollaires sur les pratiques spatiales des femmes victimes de violence conjugale. Le deuxième s’intéresse à la manière dont les acteurs publics et associatifs locaux ont adapté leur action pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire. Nous tenterons aussi dans un troisième temps de mesurer quantitativement l’impact de la crise sanitaire sur les mobilités des femmes faisant l’objet d’une surveillance de la part de leur partenaire intime. Pour ce faire, nous allons articuler la documentation scientifique et la littérature grise aux résultats d’une enquête fondée sur une méthodologie  mixte – à la fois qualitative et quantitative. Ainsi, nous mettrons en place une quarantaine d’entretiens semi-directifs auprès des acteurs publics et associatifs, et une soixantaine d’entretiens auprès des femmes concernées. Aussi, nous mènerons une enquête de mobilité sur internet à destination d’un échantillon d’environ 1000 femmes.

Le matériau obtenu par ce dispositif donnera lieu à des analyses qui feront l’objet de publications et des communications à destination de la communauté scientifique, des acteurs publics et du grand public. Fortement ancrée dans une perspective interdisciplinaire, cette recherche sera réalisée par une équipe composée par Marion Tillous, maîtresse de conférences en géographie et études de genre au sein de l’Université Paris 8 et coordinatrice de ce projet de recherche ; Eva San Martin, docteure en géographie du genre et cadre pédagogique au centre professionnel de travail social à Souilhanels (11) ; Julie Bulteau, maîtresse de conférences en sciences économiques, spécialisée en économie des transports et de l’environnement, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) ; Pauline Delage, sociologue, chargée de recherche au CNRS, rattachée au CRESPPA-CSU, spécialisée dans les politiques publiques  contre les violences de genre dans différents contextes historiques et géographiques.

Cette recherche se veut une contribution concrète pour que les femmes vivant ou ayant vécu des situations de violence conjugale parviennent à une reprise spatiale et à la possibilité d’habiter librement les espaces publics comme privés. Nous veillerons ainsi à formuler des recommandations et des propositions sur l’aménagement des espaces intérieurs et intermédiaires (parties communes des immeubles d’habitation collectif) visant à la fois à offrir des espaces ressources pour les femmes victimes en cas de nouveau confinement, et des lieux favorisant la mise en relation avec leurs voisin·es de façon à briser l’isolement mis en place par leur agresseur et renforcé par le confinement. Enfin, nous envisagerons l’opportunité et la faisabilité d’une application à destination des femmes victimes d’une surveillance spatiale post-confinement leur permettant d’échapper à la géolocalisation par leur agresseur.

Bibliographie

Delage, P. (2017). Violences conjugales. Du combat féministe à la cause publique. Paris : Les Presses de Sciences Po. (Coll. Académique).

Falquet, J. (1997). « Guerre de basse intensité contre les femmes ? La violence domestique comme torture, réflexions sur la violence comme système à partir du cas salvadorien ». Nouvelles Questions Féministes, vol. 18 (3-4), p. 129-160.

Hanmer, J. (1977). « Violences et contrôle social des femmes ». Questions Féministes, n° 1, p. 68-88.

Hirigoyen, M.-F. (2005). Femmes sous emprise. Les ressorts de la violence dans le couple. Paris : Oh ! Éditions.

Jaspard, M. (2015). Je suis à toi, tu es à moi. Violence et passion conjugales. Paris : Payot. (Coll. Essais).

Romito, P. (2006). Un silence de mortes. La violence masculine occultée. Paris : Syllepse. (Coll. Nouvelles Questions Féministes).

San Martin, E. (2019). « La dimension spatiale de la violence conjugale », Thèse de doctorat en aménagement de l’espace et urbanisme, Univ. Bordeaux Montaigne.

Tillous, M. (2020). « L’usage des outils de géolocalisation au sein du couple : contrôle spatial et violences conjugales ». Diplôme Universitaire sur les Violences Faites aux Femmes, Univ. Paris 8. Disponible sur demande à marion.tillous[at]univ-paris8.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.