Synthèse des résultats de la recherche

Synthèse téléchargeable au format PDF ici : SYNTHESE

Rapport intégral téléchargeable au format PDF ici : RAPPORT

« Spatialité des violences conjugales & crise du covid-19 »

Eva San Martin & Marion Tillous, Julie Bulteau, Pauline Delage, John Esteban Rodriguez

Les politiques de confinement et de restriction des déplacements menées en réponse à la crise sanitaire de covid-19 ont montré l’importance de penser la dimension spatiale des violences conjugales. Le présent projet de recherche, fondé sur deux enquêtes par entretiens auprès de femmes en situation de violences conjugales et des professionnel·les les accompagnant en Haute-Garonne et en Isère, en expose les différents aspects pour la période mars 2020 – mars 2021. Elles s’appuient sur la recherche géographique la plus récente sur le sujet[1]. Une enquête quantitative portant sur les liens entre mobilité, conjugalité et confinement menée en Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes les complète. Le projet de recherche dans son ensemble a été financé principalement par la Fondation de France, après avoir été retenu par l’Agence nationale de la recherche dans le cadre de l’appel à projet RA-COVID.

Les mesures de confinement imposées entre le 17 mars et le 11 mai 2020 sont entrées en résonnance avec l’emprise spatiale habituellement exercée par les hommes violents sur leurs partenaires. Le fait pour une femme d’être fortement contrainte dans ses déplacements ou celui de devoir décliner un motif avant de sortir sont des effets directs de l’emprise spatiale*[2] exercée par l’agresseur. Cette emprise se décline également indirectement, par exemple par l’isolement vis-à-vis des proches qui a lui aussi été renforcé par le confinement. Pendant cette période, les femmes victimes se sont trouvées sans coulisses, c’est-à-dire sans possibilité ou presque d’échapper au regard de leurs agresseurs. Ceux-ci ont pu, plus encore qu’à l’ordinaire, déployer leur emprise à l’intérieur du logement, privant les femmes d’espaces de quant-à-soi, et contrôlant leur programme d’activités dans son ensemble. L’arrêt du travail, la fermeture des écoles et des lieux publics les ont privées de contacts avec des regards extérieurs qui pouvaient témoigner des violences subies ou les conforter dans leur statut de sujets en capacité d’agir et non d’objets à la disposition de leur agresseur. Cela s’est aussi traduit en particulier pour les mères par une hausse du travail domestique, renforçant encore leur assujettissement au couple et à la famille. Des méthodes spatiales de persécution passant par le fait d’empêcher la personne victime de rentrer à son domicile ont eu des conséquences démultipliées du fait du confinement, et semblent avoir été employées plus qu’à l’ordinaire par les auteurs de violence. L’emprise spatiale se traduit pour la victime par une déprise spatiale*, c’est-à-dire un rétrécissement contraint de son espace de vie, qui s’est accentuée pendant la crise.

Le premier résultat de notre recherche est donc que si la crise sanitaire a renforcé des dynamiques existantes – notamment spatiales – les rendant plus lisibles et permettant d’en comprendre les ressorts, elle n’a pas bouleversé l’exercice et ni le vécu des violences conjugales pour les femmes en couple, car la violence conjugale est, bel et bien, « un confinement sans fin »[3].

Les femmes victimes ont toutefois continué à mettre en œuvre des stratégies de résistance face à cette déprise. Parce que – contrairement à ce que voudraient leur faire croire les hommes violents – elles sont des sujets, elles trouvent toujours des espaces, à des moments précis, pour conserver un quant-à-soi. Et les règles du confinement ont pu être exploitées à cette fin : par exemple parce qu’il était autorisé de sortir une heure par jour pour un exercice physique qui devait être strictement individuel. De même en ce qui concerne l’émancipation à l’égard de l’agresseur, c’est-à-dire le départ ou la fuite, si le confinement a fortement contraint cette possibilité, il n’interdisait pas de quitter son domicile pour échapper à un homme violent, et certaines femmes s’en sont saisies. Les récits des victimes montrent d’ailleurs que la crise sanitaire a pu accélérer la décision de mettre fin à une relation conjugale violente pour différentes raisons : parce que l’augmentation des violences a  impliqué une prise en charge médicale ou policière par exemple, parce que le renforcement soudain de l’emprise a rendu la vie de couple plus clairement intenable, ou simplement parce que le confinement s’est traduit par un moment de rupture avec les habitudes et ouvert des possibles. D’un point de vue socio-spatial, le confinement a reconfiguré les rapports sociaux sur l’échelle de la proximité, et les personnes physiquement les plus proches (voisin·es, habitant·es du quartier) ont pris plus de place dans les relations sociales, au point de devenir parfois des personnes ressources dans la démarche du départ. Le recours aux outils numériques a aussi augmenté du fait de la crise sanitaire, dans les violences mais aussi dans les stratégies d’auto-défense des victimes, qui ont témoigné avoir enregistré les moments de violence ou avoir appelé des proches à ces moments-là pour avoir des témoins.

Si le confinement a augmenté la vulnérabilité des femmes en couple face au risque de violences, il a eu un effet généralement inverse sur les femmes alors séparées de leur partenaire violent puisqu’il a réduit les possibilités pour l’agresseur d’entrer physiquement en contact avec elles. L’interdiction de se déplacer à plus d’1km de son domicile a limité la portée d’action des agresseurs qui devaient pouvoir justifier d’un motif de déplacement en cas de contrôle policier. Avec l’arrêt du travail et la fermeture des écoles, les femmes ont pu vivre le confinement comme une bulle protectrice pour elles et leurs enfants éventuels, rétablissant un lien et retrouvant une tranquillité d’esprit mis à mal par les violences. Ce constat est à nuancer puisque l’on sait que que les auteurs de violence sont peu enclins à respecter la loi et que cet arrêt généralisé leur a aussi laissé beaucoup de temps pour imaginer et mettre en œuvre des techniques de harcèlement à distance ; et là encore, le fait d’empêcher la victime de rentrer dans son nouveau domicile a été utilisé à ses dépens. Le flou concernant l’application des modalités de garde et la suspension des procédures civiles a aussi donné des prises aux ex-partenaires violents. Et la nécessité d’assurer le quotidien et la continuité pédagogique a pu être difficile à vivre pour les femmes isolées. Mais les personnes interrogées qui étaient séparées de leur agresseur au moment du confinement ont malgré cela témoigné de s’être senties protégées contre les violences physiques, et d’avoir commencé à fréquenter à nouveau l’espace public. Elles ont peu à peu retrouvé des compétences spatiales et engagé une reprise spatiale* qui s’est prolongée à l’issue du confinement, en particulier – puisqu’il s’agissait toutes de femmes accompagnées par des associations – lorsque les activités collectives de ces associations ont repris. On retiendra de l’expérience des femmes séparées et du bénéfice qu’elles ont trouvé dans le confinement que ce n’est pas tant le départ des femmes qui garantit leur protection que le fait de maintenir l’auteur à distance : cela confirme que la prise en charge des auteurs doit être considéré comme un levier de lutte contre les violences conjugales.

L’accès à l’aide des femmes en situation de violences conjugales s’est trouvé fortement bousculé par la crise sanitaire et le confinement, passant d’un accès physique à un accès à distance. Les échelles de l’accompagnement face aux violences se sont de ce fait entrecroisées, l’échelle de réponse nationale (le 3919 en particulier) connaissant un nombre d’appel en forte hausse, tandis que les acteurs locaux ont été sollicités de manière inégale mais généralement inférieure à la normale. Les espaces du travail social ont été eux aussi considérablement transformés par la crise, avec une irruption du travail et donc des récits de violence et de précarité sociale au sein des domiciles des travailleur·ses social·es. Ce changement de lieu a demandé une adaptation importante pour s’approprier les outils numériques, mettre en place des modes de fonctionnement à distance, et faire face à l’isolement et à la disparition des espaces de soutien informels. Cela a été particulièrement complexe à gérer pour les femmes, qui se sont trouvées en charge de la majeure partie des tâches liées aux enfants, à l’entretien de la maison et au soutien affectif des proches, mais aussi parce que les récits de violence avaient de plus fortes chances de faire écho chez elles à des violences subies par le passé. Beaucoup de professionnel·les ont dû aussi s’arrêter de travailler pour assurer la garde de leurs enfants et la continuité pédagogique, et les acteurs sociaux ont été contraints de se réorganiser autour d’équipes réduites. Ces acteurs témoignent d’un sentiment d’abandon, d’avoir manqué à cette période de directives et de soutien ; a posteriori, la manière dont ils sont parvenus à traverser la crise démontre la grande autonomie du travail social.

On le sait, pour les femmes victimes de violence, la possibilité d’être hébergées – avec leurs enfants éventuels – est décisive pour échapper aux violences. En Isère, la forte mobilisation contre les violences conjugales au cours du confinement de la part des acteurs publics à différentes échelles a permis qu’un grand nombre de places soit proposé et de répondre au fil de l’eau aux besoins des femmes victimes. Mais le fait que la situation de saturation reprenne avant même la fin du confinement a aussi montré que si le nombre de places est généralement insuffisant, c’est aussi la précarité économique et sociale qui empêche que des personnes quittent les logements d’urgence vers des logements d’insertion puis vers une résidence pérenne, et c’est sur elle qu’il faut que les politiques publiques agissent. Une politique nationale qui annonce lutter contre les violences conjugales tout en renforçant la précarité à l’égard du travail ou du droit au séjour est vaine. En Haute Garonne, le nombre de places d’hébergement disponibles d’ordinaire a été réduit, du fait que qu’aucune nouvelle entrée n’a été autorisée pour des raisons sanitaires, laissant des places vacantes ; et même si des places d’hôtel ont été financées pour mettre les personnes à l’abri, elles n’étaient pas assorties d’un accompagnement social. Dans les deux départements, la vie dans les centres d’hébergements collectifs a été bouleversée par le confinement, et avec elle, la nature du travail social. Il a fallu faire respecter un ordre sanitaire strict ; les travailleur·ses social·es ayant soudain pour mission de contrôler les allers et venues des résidentes dans et hors des centres d’hébergement ; jusqu’à ce que le groupe des résidentes soit considéré comme une seule et même cellule d’habitation et que les contacts entre elles soient plus largement autorisés.

L’existence de réseaux d’acteurs solides dans les deux départements a permis une réactivité importante, bien que ces réseaux soient d’origine et de nature très différentes. En Haute-Garonne, le réseau, assez ancien, est structuré autour des associations nombreuses rattachées à la FNSF ; il peut être qualifié de réseau en filet puisqu’aucune structure ne prédomine. En Isère, le réseau départemental est plus récent, constitué à l’initiative de la déléguée départementale aux droits des femmes avec le soutien de la référente départementale violences conjugales. Il a plutôt une forme de réseau en étoile, organisé autour de cette double figure pivot ; ou plutôt, dans la mesure où il se décline localement en réseaux inter-professionnels locaux dynamiques, une forme de constellation. La crise sanitaire a montré l’importance du fonctionnement en réseau. Elle a confirmé que l’espace de travail accordé au travailleur ou à la travailleuse sociale est révélateur de la considération accordée au travail social lui-même. Elle a aussi mis en évidence le rôle clé des figures articulaires entre les différents domaines de compétence : notre étude a mis l’accent sur celles du procureur·e de la République et de l’intervenant·e social·e en commissariat et gendarmerie.

Ces deux figures servent notamment d’interface entre le domaine des forces de l’ordre et les autres (justice, social, etc.), et notre recherche montre que les besoins sont grands. En Haute-Garonne en particulier, les défauts de prise en charge dénoncés par les victimes et les acteurs associatifs sont nombreux, en particulier en ce qui concerne le dépôt de plainte. Il faut certes saluer le travail important des forces de l’ordre au cours du confinement en particulier pour les interventions de terrain, des initiatives très positives telles que la mise en œuvre d’une cellule de suivi des victimes de violence, des efforts importants de formation et d’intégration d’un questionnaire d’évaluation des risques à la suite du Grenelle contre les violences. Mais un travail de fond doit être engagé pour comprendre l’origine de ce grand nombre de défauts de prise en charge, qui gagnerait à interroger l’organisation structurelle des forces de l’ordre entre un rôle de protection qui passe par le fait de croire absolument la victime et un rôle d’enquête qui introduit de la suspicion.

Les politiques nationales de lutte contre les violences conjugales engagées au cours de la crise sanitaire et plus particulièrement pendant le premier confinement se sont concentrées sur le fait de permettre un signalement facilité des violences, mais les autres mesures nécessaires à la prise en charge des victimes ont été laissées à la responsabilité des acteurs locaux, en particulier en ce qui concerne l’hébergement. Certaines mesures gouvernementales sont aussi entrées en contradiction avec les besoins des victimes comme les libérations anticipées de personnes incarcérées : le retour d’un ex-partenaire violent à la vie civile a pris de court leurs victimes. Et du côté de la justice, si le traitement des procédures pénales, qui relevaient de l’urgence, a pu se poursuivre, les procédures civiles ont été suspendues pendant le premier confinement, puis elles ont repris avec des délais important, laissant plus longtemps les femmes victimes de violence dans l’attente d’un jugement de divorce, d’attribution de l’autorité parentale ou de décision relative à la résidence des enfants. L’allongement des délais pour les procédures administratives (droits au chômage, aux aides sociales, au séjour) a aussi renforcé la précarité et donc la vulnérabilité des victimes.

Adopter une approche spatiale des violences conjugales c’est aussi et enfin interroger les différences territoriales dans le vécu et la prise en charge de ces violences. Territoires urbains et ruraux ont été impactés différemment par la crise. Pour les femmes victimes de violence, les campagnes n’ont pas été ce havre de paix prisé par les citadin·es qui ont fui les villes dès l’annonce du confinement, mais au contraire des espaces plus encore que d’habitude marqués par l’isolement, la fracture numérique renforçant la faible accessibilité physique et les contraintes qu’elle fait habituellement porter sur la mobilité. Les acteurs intervenant dans la lutte contre les violences conjugales sont aussi moins nombreux dans les zones rurales et tout particulièrement dans les zones de montagne ; et le millefeuille territorial complique encore leur intervention, dans la mesure où les territoires d’intervention de ces acteurs ne se superposent pas, ou bien où les délimitations départementales relient des territoires ruraux sous l’aire d’attraction d’une grande ville à un chef-lieu de département tout à fait différent et éloigné. Dans les territoires ruraux, les acteurs locaux doivent donc prendre le relais et à ce titre, le maire occupe une position potentiellement stratégique, qui demanderait à être plus systématiquement investie. On retiendra enfin les problèmes que posent structurellement le fait que les interactions hors des grandes villes se fassent sous le régime de l’interconnaissance, ce qui augmente la probabilité que l’auteur des violences appartienne au cercle amical de personnes ressources comme le maire ou les gendarmes ; et qui complique pour les victimes la possibilité de se rendre dans des espaces ressources de manière anonyme.


[1] Cf. Thèse d’Eva San Martin consacrée à « La dimension spatiale de la violence conjugale » (Université Bordeaux Montaigne, 2019) : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02898938/document.

Et : Rapport de Marion Tillous consacré à « L’usage des outils de géolocalisation au sein du couple » pour la validation du DU sur les Violences Faites aux Femmes (Université Paris 8, 2020), disponible sur demande.

[2] Les notions marquées d’un astérisque sont développées dans la thèse d’Eva San Martin

[3] Selon les termes du rapport d’information du Sénat n° 567, op.cit.

Thèse d’Eva San Martin

Le projet de recherche « Spatialité des violences conjugales & Covid-19 » s’inscrit dans la continuité des recherches menées par Eva San Martin dans le cadre de sa thèse sur « La dimension spatiale des violences conjugales »

Thèse soutenue en octobre 2019 sous la direction d’Yves Raibaud, à l’Université Bordeaux Montaigne.

Consultable ici : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02898938

Premiers résultats de la recherche

Ces résultats préliminaires sont la synthèse de l’analyse multi-thématique des entretiens réalisés auprès des victimes de violence conjugale et des acteurs intervenant dans la lutte contre ces violences. Ils sont amenés à être discutés avec les acteurs rencontrés au cours de la recherche, notamment. Une nouvelle version sera publiée à l’issue de ces échanges.

Les politiques de confinement et de restriction des déplacements menées en réponse à la crise sanitaire de covid-19 ont montré l’importance de penser la dimension spatiale des violences conjugales. Le présent projet de recherche, fondé sur deux enquêtes par entretiens auprès de femmes en situation de violences conjugales et des professionnel·les les accompagnant en Haute-Garonne et en Isère, en expose les différents aspects. Elle s’appuie sur la recherche géographique la plus récente sur le sujet (San Martin, 2019 ; Tillous, 2020). Une enquête quantitative portant sur les liens entre mobilité, conjugalité et confinement menée en Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes la complète.

Les mesures de confinement imposées entre le 17 mars et le 11 mai 2020 sont entrées en résonnance avec l’emprise spatiale habituellement exercée par les hommes violents sur leurs partenaires. Le fait pour une femme d’être fortement contrainte dans ses déplacements ou celui de devoir décliner un motif avant de sortir sont des effets directs de l’emprise spatiale*[1] exercée par l’agresseur. Cette emprise se décline également indirectement, par exemple par l’isolement vis-à-vis des proches qui a lui aussi été renforcé par le confinement. Pendant cette période, les femmes victimes se sont trouvées sans coulisses, c’est-à-dire sans possibilité ou presque d’échapper au regard de leurs agresseurs. Ceux-ci ont pu ; plus encore qu’à l’ordinaire, déployer leur emprise à l’intérieur du logement, privant les femmes d’espaces de quant-à-soi, et contrôlant l’ensemble de leur programme d’activité. L’arrêt du travail et la fermeture des écoles les ont privées de contacts avec des regards extérieurs, qui pouvaient témoigner des violences subies ou conforter les personnes victimes dans leur statut de sujets en capacité d’agir et non d’objets à la disposition de leur agresseur. Des méthodes spatiales de persécution passant par le fait d’empêcher la personne victime de rentrer à son domicile ont eu des conséquences démultipliées du fait du confinement.

Les femmes victimes ont toutefois continué à mettre en œuvre des stratégies de résistance face à la déprise spatiale*. Parce que – contrairement à ce que voudraient leur faire croire les hommes violents – elles sont des sujets, elles trouvent toujours des espaces, à des moments précis, pour garder un quant-à-soi. Les règles du confinement ont pu être exploitées à cette fin : par exemple parce qu’il était autorisé de sortir une heure par jour pour un exercice physique qui devait être individuel. De même en ce qui concerne l’émancipation à l’égard de l’agresseur, c’est-à-dire le départ ou la fuite, si le confinement a fortement contraint cette possibilité, il n’interdisait pas de quitter son domicile pour échapper à un homme violent, et certaines femmes s’en sont saisies. Les récits des victimes montrent d’ailleurs que la crise sanitaire a pu accélérer la décision de mettre fin à une relation conjugale violente pour différentes raisons : parce que l’augmentation des violences a a impliqué une prise en charge médicale ou policière par exemple, parce que le renforcement soudain de l’emprise a rendu la vie de couple plus clairement intenable, ou simplement parce que le confinement s’est traduit par un moment de rupture avec les habitudes et ouvert des possibles. D’un point de vue socio-spatial, le confinement a reconfiguré les rapports sociaux sur l’échelle de la proximité, et les personnes physiquement les plus proches (voisin·es, habitant·es du quartier) ont pris plus de place dans les relations sociales, au point de devenir parfois des personnes ressources dans la démarche du départ.

Le confinement a eu un effet généralement inverse sur les femmes séparées de leur ex-partenaire violent, puisqu’il a réduit les possibilités de l’agresseur d’entrer physiquement en contact avec elles. Avec l’arrêt du travail et la fermeture des écoles, les femmes ont pu vivre le confinement comme une bulle protectrice pour elles et leurs enfants éventuels. Ce constat est à nuancer puisque cet arrêt généralisé a aussi laissé beaucoup de temps pour imaginer et mettre en œuvre des techniques de harcèlement à distance ; et là encore, le fait d’empêcher la victime de rentrer dans son nouveau domicile a été utilisé à leurs dépens. Le flou concernant l’application des modalités de garde et la suspension des procédures civiles a aussi donné des prises aux ex-partenaires violents. Mais les femmes séparées ont pu malgré tout, de manière générale, se trouver protégées contre les violences physiques, et commencer à fréquenter à nouveau l’espace public et à retrouver des compétences spatiales. Leur reprise spatiale* s’est prolongée à l’issue du confinement.

L’accès à l’aide des femmes en situation de violences conjugales s’est trouvé fortement bousculé par la crise sanitaire et le confinement, passant d’un accès physique à un accès à distance. Les échelles de l’accompagnement face aux violences se sont de ce fait entrecroisées, l’échelle de réponse nationale (le 3919 en particulier) connaissant un nombre d’appel en forte hausse, tandis que les acteurs locaux étaient sollicités de manière inégale mais généralement inférieure à la normale. Les espaces du travail social ont été eux aussi considérablement transformés par la crise, avec une irruption du travail et donc des récits de violence et de précarité sociale au sein des domiciles des travailleur·ses social·es. Ce changement de lieu a demandé une adaptation importante pour s’approprier les outils numériques, mettre en place des modes de fonctionnement à distance, et faire face à la solitude et à la disparition des espaces de soutien informels. Cela a été particulièrement complexe à gérer pour les femmes qui se sont trouvées en charge de la majeure partie des tâches liées aux enfants, à l’entretien de la maison et au soutien affectif des proches, mais aussi parce que les récits de violence aveint de plus fortes chances de faire écho chez elles à des violences subies par le passé.  Ce sont le même type d’échos qu’ont connus certaines femmes ayant vécu des violences conjugales à l’écoute des communications de prévention nombreuses au début de la crise sanitaire sur le sujet.

La possibilité de fuir un agresseur est fortement liée pour les femmes victimes de violence à la disponibilité d’un hébergement pour elles et leurs enfants éventuels. En Isère, la forte mobilisation contre les violences conjugales au cours du confinement de la part des acteurs publics de différentes échelles a permis qu’un grand nombre de places soit proposé et de répondre très rapidement aux besoins des femmes victimes. Mais la saturation rapide avant même la fin du confinement a aussi montré que si le nombre de places est généralement insuffisant, c’est aussi la précarité qui empêche des personnes quittent les logements d’urgence vers des logements d’insertion puis vers une résidence pérenne, et sur elle qu’il faut que les politiques publiques agissent. En Haute Garonne, le nombre de places d’hébergement disponibles a au contraire été réduit, du fait que dans de nombreux centres, aucune nouvelle entrée n’a été autorisée pour des raisons sanitaires, laissant des places vacantes. Dans les deux départements, la vie dans les centres d’hébergements collectifs a été bouleversée par le confinement, et avec elle, la nature du travail social. Il a fallu faire respecter un ordre sanitaire strict ; les travailleur·ses social·es ayant soudain pour mission de contrôler les allers et venues des résidentes dans et hors des centres d’hébergement ; jusqu’à ce que le groupe des résidentes soit considéré comme une seule et même cellule d’habitation et que les contacts entre elles soient plus largement autorisés.

L’existence de réseaux d’acteurs solides dans les deux départements a permis une réactivité importante, bien que ces réseaux soient d’origine et de nature très différentes. En Haute-Garonne, le réseau, assez ancien, est structuré autour des associations nombreuses rattachées à la FNSF ; il peut être qualifié de réseau en filet puisqu’aucune structure ne prédomine. En Isère, le réseau départemental est plus récent, constitué à l’initiative de la déléguée départementale aux droits des femmes avec le soutien de la référente départementale violences conjugales ; il a plutôt une forme de réseau en étoile, organisé autour de cette double figure pivot. La crise sanitaire a montré l’importance du fonctionnement en réseau. Elle a aussi mis en évidence le rôle clé des figures articulaires, entre les différents domaines de compétence : notre étude a mis l’accent sur celles du Procureur·e de la République et de l’Intervenant·e social·e en commissariat et gendarmerie.

Ces deux figures servent notamment d’interface entre le domaine des forces de l’ordre et les autres (justice, social, etc.), et notre recherche montre que les besoins sont grands. En Haute-Garonne en particulier, les défauts de prise en charge sont nombreux, en particulier en ce qui concerne le dépôt de plainte. Pendant le confinement, les forces de l’ordre étaient les seules à pouvoir librement parcourir l’espace public et se sont trouvées en charge d’assurer l’ordre sanitaire. Malgré des initiatives très positives, en particulier du côté de la gendarmerie nationale, les problèmes structurels rencontrés au sein des forces de l’ordre conjugués à la menace du contrôle des déplacements a fortement compliqué le fait, pour les femmes victimes de violence, de trouver de l’aide auprès d’elles.


[1] Les notions marquées d’un astérisque sont développées dans la thèse d’Eva San Martin consacrée à « La dimension spatiale de la violence conjugale » (2019) : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02898938/document

Projet de recherche : Les violences conjugales et la crise du Covid-19

La littérature existante sur la violence conjugale apporte aujourd’hui une connaissance approfondie sur la nature et les caractéristiques de ce phénomène. Les traités internationaux (CEDAW, Convention d’Istanbul), les enquêtes publiques (ENVEFF, VIRAGE) et les auteures activistes et chercheuses (Hanmer, 1977 ; Falquet, 1997 ; Hirigoyen 2005 ; Romito, 2006 ;  Jaspard, 2015) s’accordent sur le fait que la violence conjugale puise sa logique dans une asymétrie et dans un pouvoir du conjoint à l’égard de sa partenaire. Elle opère par une appropriation de son corps et une négation dans sa qualité de sujet. Ce phénomène se matérialise aussi par une emprise spatiale, c’est-à-dire par l’impossibilité de s’approprier et d’habiter les espaces, mais aussi, par un contrôle et une surveillance spatiale (allant par exemple jusqu’à l’utilisation des techniques de géolocalisation (Tillous, 2020)). Ces facteurs ont comme conséquence une diminution progressive du champ d’action spatiale des femmes concernées (perte de compétences spatiales, déprise spatiale (San Martin, 2019)).

En période de crise sanitaire du Covid-19, les autorités publiques imposé une restriction spatiale à l’ensemble de la population. Cette décision s’est redoublée de l’introduction de techniques de géolocalisation pour permettre d’identifier les possibles contagions. Ces mesures, bien que destinées à assurer la sécurité de tous·tes – et surtout de ceux.celles étant en situation de vulnérabilité – semblent rentrer en résonance avec le mode opératoire de la violence conjugale.

Cet état de fait interroge indéniablement le domaine de la sociologie et de la géographie, et se trouve à l’origine de la présente recherche. Ainsi, se déroulant dans les territoires de La Haute Garonne et de l’Isère entre novembre 2020 et août 2021, cette recherche vise, d’une part, accompagner les politiques publiques dans l’élaboration des réponses adaptées qui prennent en compte les situations de violence conjugale en cas de nouvelle crise sanitaire et, d’autre part, à formuler des propositions d’action qui favorisent une reprise spatiale des femmes dans l’espace public post-confinement.

Afin de parvenir à ces objectifs, cette recherche se construit autour de trois axes principaux. Le premier porte sur les effets du confinement et des mesures corollaires sur les pratiques spatiales des femmes victimes de violence conjugale. Le deuxième s’intéresse à la manière dont les acteurs publics et associatifs locaux ont adapté leur action pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire. Nous tenterons aussi dans un troisième temps de mesurer quantitativement l’impact de la crise sanitaire sur les mobilités des femmes faisant l’objet d’une surveillance de la part de leur partenaire intime. Pour ce faire, nous allons articuler la documentation scientifique et la littérature grise aux résultats d’une enquête fondée sur une méthodologie  mixte – à la fois qualitative et quantitative. Ainsi, nous mettrons en place une quarantaine d’entretiens semi-directifs auprès des acteurs publics et associatifs, et une soixantaine d’entretiens auprès des femmes concernées. Aussi, nous mènerons une enquête de mobilité sur internet à destination d’un échantillon d’environ 1000 femmes.

Le matériau obtenu par ce dispositif donnera lieu à des analyses qui feront l’objet de publications et des communications à destination de la communauté scientifique, des acteurs publics et du grand public. Fortement ancrée dans une perspective interdisciplinaire, cette recherche sera réalisée par une équipe composée par Marion Tillous, maîtresse de conférences en géographie et études de genre au sein de l’Université Paris 8 et coordinatrice de ce projet de recherche ; Eva San Martin, docteure en géographie du genre et cadre pédagogique au centre professionnel de travail social à Souilhanels (11) ; Julie Bulteau, maîtresse de conférences en sciences économiques, spécialisée en économie des transports et de l’environnement, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) ; Pauline Delage, sociologue, chargée de recherche au CNRS, rattachée au CRESPPA-CSU, spécialisée dans les politiques publiques  contre les violences de genre dans différents contextes historiques et géographiques.

Cette recherche se veut une contribution concrète pour que les femmes vivant ou ayant vécu des situations de violence conjugale parviennent à une reprise spatiale et à la possibilité d’habiter librement les espaces publics comme privés. Nous veillerons ainsi à formuler des recommandations et des propositions sur l’aménagement des espaces intérieurs et intermédiaires (parties communes des immeubles d’habitation collectif) visant à la fois à offrir des espaces ressources pour les femmes victimes en cas de nouveau confinement, et des lieux favorisant la mise en relation avec leurs voisin·es de façon à briser l’isolement mis en place par leur agresseur et renforcé par le confinement. Enfin, nous envisagerons l’opportunité et la faisabilité d’une application à destination des femmes victimes d’une surveillance spatiale post-confinement leur permettant d’échapper à la géolocalisation par leur agresseur.

Bibliographie

Delage, P. (2017). Violences conjugales. Du combat féministe à la cause publique. Paris : Les Presses de Sciences Po. (Coll. Académique).

Falquet, J. (1997). « Guerre de basse intensité contre les femmes ? La violence domestique comme torture, réflexions sur la violence comme système à partir du cas salvadorien ». Nouvelles Questions Féministes, vol. 18 (3-4), p. 129-160.

Hanmer, J. (1977). « Violences et contrôle social des femmes ». Questions Féministes, n° 1, p. 68-88.

Hirigoyen, M.-F. (2005). Femmes sous emprise. Les ressorts de la violence dans le couple. Paris : Oh ! Éditions.

Jaspard, M. (2015). Je suis à toi, tu es à moi. Violence et passion conjugales. Paris : Payot. (Coll. Essais).

Romito, P. (2006). Un silence de mortes. La violence masculine occultée. Paris : Syllepse. (Coll. Nouvelles Questions Féministes).

San Martin, E. (2019). « La dimension spatiale de la violence conjugale », Thèse de doctorat en aménagement de l’espace et urbanisme, Univ. Bordeaux Montaigne.

Tillous, M. (2020). « L’usage des outils de géolocalisation au sein du couple : contrôle spatial et violences conjugales ». Diplôme Universitaire sur les Violences Faites aux Femmes, Univ. Paris 8. Disponible sur demande à marion.tillous[at]univ-paris8.fr

Communications passées et à venir

8 avril 2021 : Congrès de l’American Association of Geographers. The Spatial Dimension of Domestic Violence & the Covid-19 Crisis. Session : Militarism, Violence, Securitization and Health (dir. : Ozlem Ayse Ozgur). LIEN.

22 avril 2021 : Congrès international Género Y Espacio de l’Université de Mexico. La dimensión espacial de la violencia doméstica hacia la mujer en periodo de crisis COVID-19 en Francia. Session : Impactos del Covid 19. LIEN.

21 mai 2021 : Séminaire inter-équipe de l’UMR PACTE « Crise de la Covid ». Confinement et violences conjugales. LIEN.

10 juin 2021. Journée d’étude de l’unité de recherche « Logement, inégalités spatiales et trajectoires ». Le logement, outil de l’emprise des agresseurs ; l’hébergement, levier de l’émancipation des victimes. LIEN.

Août 2021. Congrès de l’Union Géographie Internationale.

Equipe de recherche

Le projet est porté par une équipe de recherche de cinq personnes. Eva San Martin et Marion Tillous en assurent la direction scientifique. Marion Tillous en assure la coordination.

Marion Tillous est maîtresse de conférences en géographie et études de genre au sein de l’Université Paris 8. C’est elle qui coordonne le projet. Après avoir travaillé sur les facteurs qui déterminent la mobilité des femmes dans l’espace public (ses recherches sur la controverse autour des voitures de métro réservées aux femmes ont donné lieu à différentes publications dans des ouvrages et revues à comité de lecture), elle s’est intéressée à ceux qui, depuis l’espace privé, ont un impact sur la mobilité des femmes, à savoir la répartition genrée des rôles et le contrôle spatial au sein du couple. Dans le cadre du Diplôme Universitaire sur les Violences Faites aux Femmes, elle a mené une recherche sur l’usage des outils de géolocalisation du couple qui fait office d’enquête préliminaire au présent projet de recherche. Au cours de l’année 2020-21, elle est accueillie en délégation CNRS au sein du laboratoire PACTE à Grenoble (Équipe Justice Sociale).

Evangelina San Martin Zapatero est docteure en géographie du genre et cadre pédagogique au centre professionnel de travail social à Souilhanels (11). Après son mémoire sur les violences conjugales dans le cadre de son DESS « politiques sociales et rapports sociaux de sexe » à l’université Toulouse Le-Mirail, elle a exercé en tant qu’accompagnatrice auprès des femmes victimes de violence conjugale au sein d’une association membre de la FNSF à Revel (31). A partir d’un dispositif de recherche qualitative mobilisant des observations participantes, des entretiens semi-directifs, des ateliers de cartographie et des groupes de discussion, sa thèse doctorale met en exergue les conséquences spatiales de la violence conjugale, en particulier le phénomène de déprise spatiale. Elle participe au projet avec un statut de post-doctorante.

Julie Bulteau est maîtresse de conférences en sciences économiques, spécialisée en économie des transports et de l’environnement, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ). Via ses travaux de recherches sur la mobilité durable, elle a notamment participé à plusieurs enquêtes quantitatives de comportements de mobilité, de la conception du questionnaire jusqu’au traitement et à l’analyse de données : l’une était axée sur l’adoption des nouvelles technologies telles que des applications multimodales, une autre sur les déterminants des mobilités partagées (covoiturage et autopartage) en Ile-de-France et enfin une réalisée récemment sur les comportements de mobilité, l’exposition individuelle en temps réel à la pollution atmosphérique et les relations potentielles avec la santé. Ces différentes enquêtes ont mené à des publications (Dantan et al.  2015, 2017 ; Bulteau et al. 2019).

Pauline Delage est sociologue, chargée de recherche au CNRS, rattachée au CRESPPA-CSU. Elle étudie les politiques d’égalité et l’action publique contre les violences de genre dans différents contextes historiques et géographiques et est l’auteure des ouvrages Violences conjugales. Du combat féministe à la cause publique (Presses de Science Po, 2017), Droits des femmes. Tout peut disparaître (Textuel, 2018) ou encore, avec Marylène Lieber et Marta Roca i Escoda, Contrer les violences domestiques (Antipodes, 2020). A partir de ses recherches sur les violences de genre, elle a également publié plusieurs articles parus notamment dans Politix et Critique internationale, et a codirigé un numéro des Cahiers du genre et un autre de Droit et Société. Avec Catherine Cavalin et Delphine Lacombre, elle est co-fondatrice et co-animatrice du laboratoire junior ViSaGe qui rassemble une quarantaine de jeunes chercheuses travaillant sur les violences de genre.

John Esteban Rodriguez a rejoint le projet début janvier 2020 en tant qu’ingénieur de recherche. Il assure le traitement et l’analyse du volet quantitatif de l’enquête. Au cours de son parcours académique, il s’est formé à la conception et au déploiement des questionnaires scientifiques, ainsi qu’au traitement et à l’analyse des bases de données à l’aide du logiciel R. Il a appliqué ses connaissances en méthodes quantitatives pour étudier, dans son mémoire de Master 1, les modes de présentation de soi en fonction de l’identification ethno-raciale sur deux applications de rencontre géolocalisées. Son mémoire de Master 2 à l’EHESS en Études sur le genre (2020) a mobilisé, quant à lui, les données de l’enquête Trajectoires et Origines (INED-INSEE, 2008) pour montrer les facteurs associés au célibat en France métropolitaine tout en articulant une approche à l’intersection des études de genre, de l’immigration et de la discrimination.

Ont également contribué au projet de recherche : Kamila Bouchemal et Virginie Petrus-Andonissamy (Université Paris 8) pour la gestion, Gwenaëlle Denis et Prisca Groisy pour la retranscription des entretiens, et Guillaume Lavezzari (OKB Buro) pour le graphisme.