Ouvrage de synthèse

L’ouvrage Espace, genre et violences conjugales : ce que révèle la crise de la Covid-19 est paru le 13 septembre 2022 aux Presses Universitaires de Vincennes. Il constitue la synthèse du projet ANR Co-Vi-Co.

“La crise de la covid-19 a eu des conséquences fortes sur les rapports de genre et les violences au sein du couple. Les mesures de confinement associées en particulier ont rendu impossible à ignorer les logiques spatiales qui les sous-tendent.

Cet ouvrage propose une géographie sociale et féministe des rapports de genre et des violences au sein du couple. À partir d’une enquête menée de mars 2020 à mars 2021, il montre que les inégalités entre femmes et hommes ont été creusées par la crise et que les politiques de restriction des mobilités sont entrées en résonance avec les logiques de contrôle spatial des auteurs de violence. En outre, si la pandémie a été l’occasion d’une accélération dans la mise en œuvre de mesures de lutte contre les violences, elle n’a pas constitué de rupture dans l’histoire de l’action publique. La crise sanitaire a fonctionné comme un miroir grossissant des tendances peu perceptibles d’ordinaire, en particulier de leur dimension spatiale”.

Espace, genre et violences conjugales : ce que révèle la crise de la Covid-19

Pour en savoir plus et commander l’ouvrage : C’est par ici

Lire la conclusion : C’est par là

Espace, genre, violences conjugales & crise de la Covid-19 : quand tout change mais que rien ne change. Conclusions de l’ouvrage de synthèse

“Deux ans après la propagation de l’épidémie de Covid-19 à l’échelle mondiale et sa reconnaissance par l’OMS comme pandémie, il semble que cet évènement sans précédent ait tout changé sans rien changer. Cette situation de crise a comme d’autres, telles que le passage de l’ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans en 2014, bouleversé un monde sans pour autant bouleverser ses structures. Il n’a pas renversé les rapports sociaux de classe, de race ou de genre mais a au contraire creusé les inégalités produites par ces rapports[1].

La crise de la Covid-19 comporte la particularité d’avoir donné lieu à des réponses spatiales radicales dans un grand nombre de pays dont la France, sous la forme de confinements successifs visant à contenir la mobilité du virus en limitant celle des populations. Le fait que cette crise a eu pour effet d’accentuer des disparités plutôt que de les transformer est utile pour mettre en évidence des tendances et comprendre des dynamiques liées aux rapports de domination en particulier sous l’angle spatial. Elle est donc particulièrement utile pour une géographie du genre.

L’enquête menée sur la période allant de mars 2020 à mars 2021 nous a ainsi permis de montrer l’existence de logiques spatiales genrées, certaines spécifiques au couple et à la famille, en particulier dans le cas de violences, dans la mesure où la crise sanitaire en a accentué les contrastes. Les mesures prises en réponse à la propagation de l’épidémie ont ainsi contribué à creuser les inégalités de genre, y compris en termes de pratiques spatiales. Tandis que les enquêtes de mobilité menées depuis les années 1970 reflétaient une tendance vers une plus grande égalité, la crise sanitaire a eu pour effet, un temps, de renvoyer les femmes aux tâches du care – c’est-à-dire à l’entretien matériel du foyer et au soin affectif aux proches – et, ce faisant, d’accentuer les différences genrées de mobilité. Pendant le premier confinement, le nombre de déplacements des femmes en dehors du domicile a chuté, ce qui a moins été le cas pour les hommes, qui ont de manière générale moins respecté les directives gouvernementales ou effectué plus qu’à l’ordinaire des courses pour le foyer pour pouvoir trouver une occasion légalement autorisée de sortir. Le moindre accès des femmes à l’automobile et le fait que les transports collectifs devenaient de potentiels sites de contamination a aussi contribué à réduire leur mobilité. À l’hiver 2021, dans la période qui a suivi le confinement, les femmes ont regagné de la mobilité, mais sans retrouver le niveau antérieur à la crise.

Les politiques publiques menées en réponse à la pandémie ont eu pour effet conjoint d’enfermer les femmes au sein de leur foyer et d’augmenter le risque de violences dans le couple, conduisant à ce que l’ONU Femmes a appelé une « pandémie fantôme ». La crise sanitaire n’a pas radicalement bouleversé l’exercice ni le vécu des violences conjugales, car pour les femmes victimes, la violence conjugale est « un confinement sans fin[2] ». En revanche, elle a renforcé des dynamiques existantes au sein du couple, en particulier celles qui conduisent à un contrôle et à une déprise spatiales. Les mesures de confinement imposées entre le 17 mars et le 11 mai 2020 sont ainsi entrées en résonance avec le contrôle spatial habituellement exercé par les hommes violents sur leurs partenaires. Pendant cette période, les femmes victimes se sont trouvées sans coulisses, c’est-à-dire sans possibilité ou presque d’échapper au regard de leurs agresseurs. Ces derniers ont pu, plus encore qu’à l’ordinaire, déployer leur contrôle, privant les femmes d’espaces de privacité, à l’intérieur comme à l’extérieur du domicile, et contrôlant leur programme d’activités dans son ensemble. L’arrêt du travail, le télétravail, la fermeture des écoles et des lieux publics les ont privées de contacts avec des regards extérieurs qui pouvaient témoigner des violences subies ou les conforter dans leur statut de sujets en capacité d’agir. Des méthodes spatiales de persécution passant par le fait d’empêcher la victime de rentrer chez elle ont eu des conséquences démultipliées du fait du confinement et semblent avoir été employées plus qu’à l’ordinaire par les auteurs de violence. La déprise spatiale que l’on observe en temps ordinaire chez les victimes de violence, c’est-à-dire le rétrécissement contraint de leur espace de vie dans et hors du domicile, s’est accentuée pendant la crise. Et les personnes en situation de précarité économique ou administrative ont été particulièrement touchées. Mais les femmes prises dans un couple violent ont aussi continué à mettre en place des formes de résistance à leur agresseur et à se ménager des espaces de sécurité, quitte à exploiter les directives gouvernementales à cette fin comme le fait que pendant le premier confinement les déplacements devaient être réalisés individuellement.

Le cas des femmes séparées de leur partenaire violent, en revanche, est plus spécifique à la crise de la Covid-19, plus radicalement différent de la situation « normale », dans la mesure où le confinement a réduit les possibilités pour leur ex-partenaire d’entrer physiquement en contact avec elles. L’interdiction de se déplacer à plus d’1 km de son domicile a limité la portée d’action des agresseurs qui devaient pouvoir justifier d’un motif de déplacement en cas de contrôle policier. Avec l’arrêt du travail et la fermeture des écoles, les femmes séparées ont pu vivre le confinement comme une « bulle » pour elles et leurs enfants, rétablissant un lien et retrouvant une tranquillité d’esprit mises à mal par les violences (malgré les difficultés de devoir assurer la continuité pédagogique). Ce constat est particulièrement vrai pour les femmes hébergées par des associations spécialisées dans la prise en charge des victimes de violences conjugales. Pour les autres, la solidité de la bulle est à relativiser, mais malgré cela, plusieurs des femmes enquêtées ont témoigné s’être senties protégées contre les violences physiques, et avoir commencé à fréquenter à nouveau l’espace public. Elles ont peu à peu retrouvé des « compétences spatiales », c’est-à-dire des capacités à se déplacer en autonomie. On retiendra de leur expérience que ce n’est pas tant le départ des femmes qui garantit leur protection que le fait de maintenir l’auteur à distance ; cela confirme que la prise en charge des auteurs doit être considérée comme un levier de lutte contre les violences conjugales.

Le travail d’accompagnement des femmes au départ du foyer et à la réinsertion sociale a lui aussi été bousculé plutôt que bouleversé par la crise sanitaire (mais tout de même, fortement bousculé), et là encore du fait d’une accentuation générale des inégalités et spécifiquement celles qui sont issues des rapports de domination de genre, telles que la division genrée du travail. Car les professionnel·les qui interviennent dans le champ des violences conjugales sont, hormis parmi les forces de l’ordre, très majoritairement des femmes. Elles ont dû réorganiser leurs modalités d’intervention pour préserver la continuité de leur action professionnelle en plus de devoir assumer le travail de care auprès de leurs proches. Il s’est alors agi de trouver des moyens de poursuivre leur action auprès des victimes dans un contexte où le lien d’accompagnement, habituellement exercé dans la proximité de la rencontre, s’effectuait à distance. Certaines d’entre elles ont dû aussi s’arrêter de travailler pour assurer la garde de leurs enfants, et les structures ont été contraintes de se réorganiser autour d’équipes réduites. Les acteurs sociaux qui interviennent dans la lutte contre les violences conjugales témoignent d’un sentiment d’abandon, d’avoir manqué à cette période de directives et de soutien ; a posteriori, la manière dont ils sont parvenus à traverser la crise démontre la grande autonomie, la solidarité et la capacité des équipes à rebondir et à élaborer des réponses pour s’adapter au contexte. La vie dans les centres d’hébergement collectif a été fortement impactée par le confinement, et avec elle, la nature du travail social : car les professionnel·les ont dû endosser de nouveaux rôles pour faire respecter un ordre sanitaire strict. Les travailleur·ses sociaux·ales ayant soudain pour mission de contrôler les allées et venues des résidentes dans et hors des centres d’hébergement, jusqu’à ce que le groupe des résidentes soit considéré comme une seule et même cellule d’habitation et que les contacts entre elles soient plus largement autorisés.

Adopter une approche spatiale des violences conjugales, c’est aussi et enfin interroger les différences territoriales dans le vécu et la prise en charge de ces violences. Les territoires urbains et ruraux ont été impactés différemment par la crise. Pour les femmes victimes de violences, les campagnes n’ont pas été ce havre de paix prisé par certain·es des citadin·es qui ont fui les villes à l’annonce du confinement, mais au contraire des espaces marqués par l’isolement, la fracture numérique, renforçant la faible accessibilité physique et les contraintes qu’elle fait habituellement porter sur la mobilité. Le fait que les interactions hors des grandes villes se fassent sous le régime de l’interconnaissance pose un problème structurel puisque cela augmente la probabilité que l’auteur des violences appartienne au cercle amical de personnes ressources comme le maire ou les gendarmes ; et complique pour les victimes la possibilité de se rendre dans des espaces dédiés de manière anonyme. Les acteurs intervenant dans la lutte contre les violences conjugales sont également moins nombreux dans les zones rurales et tout particulièrement dans les zones de montagne. Et enfin le millefeuille administratif complique encore leur intervention, dans la mesure où les « territoires » d’intervention de ces acteurs ne se superposent pas, ou que les délimitations départementales relient des territoires ruraux sous l’aire d’attraction d’une grande ville à un chef-lieu de département tout à fait différent et éloigné. Dans les territoires ruraux, les acteurs locaux doivent donc prendre le relais et, à ce titre, la ou le maire occupe une position potentiellement stratégique.

L’épidémie de Covid-19 a posé des problèmes auxquels la géographie pouvait proposer des outils et des concepts rodés : les systèmes d’information géographiques se sont révélés cruciaux par exemple pour comprendre les dynamiques de propagation du virus, tandis que la géographie politique a pu avancer rapidement des clés de compréhension de la dimension mondialisée du phénomène et de ses répercussions en termes de gestion des frontières et des flux de population. Notre recherche montre que la géographie a aussi une utilité pour la compréhension des dynamiques spatiales qui découlent des rapports sociaux (ici, de genre) en même temps qu’elles en sont une manifestation concrète et les reconduisent. Adoptant une approche matérialiste, elle apporte un éclairage inédit pour penser la manière dont les pratiques spatiales sont genrées, mais aussi comment ces mouvements d’échelle micro-spatiale s’entrecroisent avec des logiques multi-scalaires, telles que l’organisation genrée des villes, la distribution des compétences en termes d’égalité au sein des acteurs territoriaux, la formulation d’un ordre sexuel national[3], ou l’exploitation des différences internationales au profit d’une domination masculine. Cette recherche s’inscrit donc dans une géographie du genre qui se développe depuis plusieurs décennies maintenant, et que nous espérons qu’elle sera prospère.


[1] Lambert et Cayouette-Remblière 2021.

[2] Billon et al. 2020.

[3] Iveković 2003.”

Conclusion de l’ouvrage “Espace, genre et violences conjugales : ce que révèle la crise de la Covid-19” (PUV, 2022)

Synthèse des résultats de la recherche

Synthèse téléchargeable au format PDF ici : SYNTHESE. Pour consulter le rapport complet, contacter : marion.tillous -at- univ-paris8.fr

« Spatialité des violences conjugales & crise du covid-19 »

Eva San Martin & Marion Tillous, Julie Bulteau, Pauline Delage, Esté R. Torres

Les politiques de confinement et de restriction des déplacements menées en réponse à la crise sanitaire de covid-19 ont montré l’importance de penser la dimension spatiale des violences conjugales. Le présent projet de recherche, fondé sur deux enquêtes par entretiens auprès de femmes en situation de violences conjugales et des professionnel·les les accompagnant en Haute-Garonne et en Isère, en expose les différents aspects pour la période mars 2020 – mars 2021. Elles s’appuient sur la recherche géographique la plus récente sur le sujet[1]. Une enquête quantitative portant sur les liens entre mobilité, conjugalité et confinement menée en Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes les complète. Le projet de recherche dans son ensemble a été financé principalement par la Fondation de France, après avoir été retenu par l’Agence nationale de la recherche dans le cadre de l’appel à projet RA-COVID.

Les mesures de confinement imposées entre le 17 mars et le 11 mai 2020 sont entrées en résonnance avec l’emprise spatiale habituellement exercée par les hommes violents sur leurs partenaires. Le fait pour une femme d’être fortement contrainte dans ses déplacements ou celui de devoir décliner un motif avant de sortir sont des effets directs de l’emprise spatiale*[2] exercée par l’agresseur. Cette emprise se décline également indirectement, par exemple par l’isolement vis-à-vis des proches qui a lui aussi été renforcé par le confinement. Pendant cette période, les femmes victimes se sont trouvées sans coulisses, c’est-à-dire sans possibilité ou presque d’échapper au regard de leurs agresseurs. Ceux-ci ont pu, plus encore qu’à l’ordinaire, déployer leur emprise à l’intérieur du logement, privant les femmes d’espaces de quant-à-soi, et contrôlant leur programme d’activités dans son ensemble. L’arrêt du travail, la fermeture des écoles et des lieux publics les ont privées de contacts avec des regards extérieurs qui pouvaient témoigner des violences subies ou les conforter dans leur statut de sujets en capacité d’agir et non d’objets à la disposition de leur agresseur. Cela s’est aussi traduit en particulier pour les mères par une hausse du travail domestique, renforçant encore leur assujettissement au couple et à la famille. Des méthodes spatiales de persécution passant par le fait d’empêcher la personne victime de rentrer à son domicile ont eu des conséquences démultipliées du fait du confinement, et semblent avoir été employées plus qu’à l’ordinaire par les auteurs de violence. L’emprise spatiale se traduit pour la victime par une déprise spatiale*, c’est-à-dire un rétrécissement contraint de son espace de vie, qui s’est accentuée pendant la crise.

Le premier résultat de notre recherche est donc que si la crise sanitaire a renforcé des dynamiques existantes – notamment spatiales – les rendant plus lisibles et permettant d’en comprendre les ressorts, elle n’a pas bouleversé l’exercice et ni le vécu des violences conjugales pour les femmes en couple, car la violence conjugale est, bel et bien, « un confinement sans fin »[3].

Les femmes victimes ont toutefois continué à mettre en œuvre des stratégies de résistance face à cette déprise. Parce que – contrairement à ce que voudraient leur faire croire les hommes violents – elles sont des sujets, elles trouvent toujours des espaces, à des moments précis, pour conserver un quant-à-soi. Et les règles du confinement ont pu être exploitées à cette fin : par exemple parce qu’il était autorisé de sortir une heure par jour pour un exercice physique qui devait être strictement individuel. De même en ce qui concerne l’émancipation à l’égard de l’agresseur, c’est-à-dire le départ ou la fuite, si le confinement a fortement contraint cette possibilité, il n’interdisait pas de quitter son domicile pour échapper à un homme violent, et certaines femmes s’en sont saisies. Les récits des victimes montrent d’ailleurs que la crise sanitaire a pu accélérer la décision de mettre fin à une relation conjugale violente pour différentes raisons : parce que l’augmentation des violences a  impliqué une prise en charge médicale ou policière par exemple, parce que le renforcement soudain de l’emprise a rendu la vie de couple plus clairement intenable, ou simplement parce que le confinement s’est traduit par un moment de rupture avec les habitudes et ouvert des possibles. D’un point de vue socio-spatial, le confinement a reconfiguré les rapports sociaux sur l’échelle de la proximité, et les personnes physiquement les plus proches (voisin·es, habitant·es du quartier) ont pris plus de place dans les relations sociales, au point de devenir parfois des personnes ressources dans la démarche du départ. Le recours aux outils numériques a aussi augmenté du fait de la crise sanitaire, dans les violences mais aussi dans les stratégies d’auto-défense des victimes, qui ont témoigné avoir enregistré les moments de violence ou avoir appelé des proches à ces moments-là pour avoir des témoins.

Si le confinement a augmenté la vulnérabilité des femmes en couple face au risque de violences, il a eu un effet généralement inverse sur les femmes alors séparées de leur partenaire violent puisqu’il a réduit les possibilités pour l’agresseur d’entrer physiquement en contact avec elles. L’interdiction de se déplacer à plus d’1km de son domicile a limité la portée d’action des agresseurs qui devaient pouvoir justifier d’un motif de déplacement en cas de contrôle policier. Avec l’arrêt du travail et la fermeture des écoles, les femmes ont pu vivre le confinement comme une bulle protectrice pour elles et leurs enfants éventuels, rétablissant un lien et retrouvant une tranquillité d’esprit mis à mal par les violences. Ce constat est à nuancer puisque l’on sait que que les auteurs de violence sont peu enclins à respecter la loi et que cet arrêt généralisé leur a aussi laissé beaucoup de temps pour imaginer et mettre en œuvre des techniques de harcèlement à distance ; et là encore, le fait d’empêcher la victime de rentrer dans son nouveau domicile a été utilisé à ses dépens. Le flou concernant l’application des modalités de garde et la suspension des procédures civiles a aussi donné des prises aux ex-partenaires violents. Et la nécessité d’assurer le quotidien et la continuité pédagogique a pu être difficile à vivre pour les femmes isolées. Mais les personnes interrogées qui étaient séparées de leur agresseur au moment du confinement ont malgré cela témoigné de s’être senties protégées contre les violences physiques, et d’avoir commencé à fréquenter à nouveau l’espace public. Elles ont peu à peu retrouvé des compétences spatiales et engagé une reprise spatiale* qui s’est prolongée à l’issue du confinement, en particulier – puisqu’il s’agissait toutes de femmes accompagnées par des associations – lorsque les activités collectives de ces associations ont repris. On retiendra de l’expérience des femmes séparées et du bénéfice qu’elles ont trouvé dans le confinement que ce n’est pas tant le départ des femmes qui garantit leur protection que le fait de maintenir l’auteur à distance : cela confirme que la prise en charge des auteurs doit être considéré comme un levier de lutte contre les violences conjugales.

L’accès à l’aide des femmes en situation de violences conjugales s’est trouvé fortement bousculé par la crise sanitaire et le confinement, passant d’un accès physique à un accès à distance. Les échelles de l’accompagnement face aux violences se sont de ce fait entrecroisées, l’échelle de réponse nationale (le 3919 en particulier) connaissant un nombre d’appel en forte hausse, tandis que les acteurs locaux ont été sollicités de manière inégale mais généralement inférieure à la normale. Les espaces du travail social ont été eux aussi considérablement transformés par la crise, avec une irruption du travail et donc des récits de violence et de précarité sociale au sein des domiciles des travailleur·ses social·es. Ce changement de lieu a demandé une adaptation importante pour s’approprier les outils numériques, mettre en place des modes de fonctionnement à distance, et faire face à l’isolement et à la disparition des espaces de soutien informels. Cela a été particulièrement complexe à gérer pour les femmes, qui se sont trouvées en charge de la majeure partie des tâches liées aux enfants, à l’entretien de la maison et au soutien affectif des proches, mais aussi parce que les récits de violence avaient de plus fortes chances de faire écho chez elles à des violences subies par le passé. Beaucoup de professionnel·les ont dû aussi s’arrêter de travailler pour assurer la garde de leurs enfants et la continuité pédagogique, et les acteurs sociaux ont été contraints de se réorganiser autour d’équipes réduites. Ces acteurs témoignent d’un sentiment d’abandon, d’avoir manqué à cette période de directives et de soutien ; a posteriori, la manière dont ils sont parvenus à traverser la crise démontre la grande autonomie du travail social.

On le sait, pour les femmes victimes de violence, la possibilité d’être hébergées – avec leurs enfants éventuels – est décisive pour échapper aux violences. En Isère, la forte mobilisation contre les violences conjugales au cours du confinement de la part des acteurs publics à différentes échelles a permis qu’un grand nombre de places soit proposé et de répondre au fil de l’eau aux besoins des femmes victimes. Mais le fait que la situation de saturation reprenne avant même la fin du confinement a aussi montré que si le nombre de places est généralement insuffisant, c’est aussi la précarité économique et sociale qui empêche que des personnes quittent les logements d’urgence vers des logements d’insertion puis vers une résidence pérenne, et c’est sur elle qu’il faut que les politiques publiques agissent. Une politique nationale qui annonce lutter contre les violences conjugales tout en renforçant la précarité à l’égard du travail ou du droit au séjour est vaine. En Haute Garonne, le nombre de places d’hébergement disponibles d’ordinaire a été réduit, du fait que qu’aucune nouvelle entrée n’a été autorisée pour des raisons sanitaires, laissant des places vacantes ; et même si des places d’hôtel ont été financées pour mettre les personnes à l’abri, elles n’étaient pas assorties d’un accompagnement social. Dans les deux départements, la vie dans les centres d’hébergements collectifs a été bouleversée par le confinement, et avec elle, la nature du travail social. Il a fallu faire respecter un ordre sanitaire strict ; les travailleur·ses social·es ayant soudain pour mission de contrôler les allers et venues des résidentes dans et hors des centres d’hébergement ; jusqu’à ce que le groupe des résidentes soit considéré comme une seule et même cellule d’habitation et que les contacts entre elles soient plus largement autorisés.

L’existence de réseaux d’acteurs solides dans les deux départements a permis une réactivité importante, bien que ces réseaux soient d’origine et de nature très différentes. En Haute-Garonne, le réseau, assez ancien, est structuré autour des associations nombreuses rattachées à la FNSF ; il peut être qualifié de réseau en filet puisqu’aucune structure ne prédomine. En Isère, le réseau départemental est plus récent, constitué à l’initiative de la déléguée départementale aux droits des femmes avec le soutien de la référente départementale violences conjugales. Il a plutôt une forme de réseau en étoile, organisé autour de cette double figure pivot ; ou plutôt, dans la mesure où il se décline localement en réseaux inter-professionnels locaux dynamiques, une forme de constellation. La crise sanitaire a montré l’importance du fonctionnement en réseau. Elle a confirmé que l’espace de travail accordé au travailleur ou à la travailleuse sociale est révélateur de la considération accordée au travail social lui-même. Elle a aussi mis en évidence le rôle clé des figures articulaires entre les différents domaines de compétence : notre étude a mis l’accent sur celles du procureur·e de la République et de l’intervenant·e social·e en commissariat et gendarmerie.

Ces deux figures servent notamment d’interface entre le domaine des forces de l’ordre et les autres (justice, social, etc.), et notre recherche montre que les besoins sont grands. En Haute-Garonne en particulier, les défauts de prise en charge dénoncés par les victimes et les acteurs associatifs sont nombreux, en particulier en ce qui concerne le dépôt de plainte. Il faut certes saluer le travail important des forces de l’ordre au cours du confinement en particulier pour les interventions de terrain, des initiatives très positives telles que la mise en œuvre d’une cellule de suivi des victimes de violence, des efforts importants de formation et d’intégration d’un questionnaire d’évaluation des risques à la suite du Grenelle contre les violences. Mais un travail de fond doit être engagé pour comprendre l’origine de ce grand nombre de défauts de prise en charge, qui gagnerait à interroger l’organisation structurelle des forces de l’ordre entre un rôle de protection qui passe par le fait de croire absolument la victime et un rôle d’enquête qui introduit de la suspicion.

Les politiques nationales de lutte contre les violences conjugales engagées au cours de la crise sanitaire et plus particulièrement pendant le premier confinement se sont concentrées sur le fait de permettre un signalement facilité des violences, mais les autres mesures nécessaires à la prise en charge des victimes ont été laissées à la responsabilité des acteurs locaux, en particulier en ce qui concerne l’hébergement. Certaines mesures gouvernementales sont aussi entrées en contradiction avec les besoins des victimes comme les libérations anticipées de personnes incarcérées : le retour d’un ex-partenaire violent à la vie civile a pris de court leurs victimes. Et du côté de la justice, si le traitement des procédures pénales, qui relevaient de l’urgence, a pu se poursuivre, les procédures civiles ont été suspendues pendant le premier confinement, puis elles ont repris avec des délais important, laissant plus longtemps les femmes victimes de violence dans l’attente d’un jugement de divorce, d’attribution de l’autorité parentale ou de décision relative à la résidence des enfants. L’allongement des délais pour les procédures administratives (droits au chômage, aux aides sociales, au séjour) a aussi renforcé la précarité et donc la vulnérabilité des victimes.

Adopter une approche spatiale des violences conjugales c’est aussi et enfin interroger les différences territoriales dans le vécu et la prise en charge de ces violences. Territoires urbains et ruraux ont été impactés différemment par la crise. Pour les femmes victimes de violence, les campagnes n’ont pas été ce havre de paix prisé par les citadin·es qui ont fui les villes dès l’annonce du confinement, mais au contraire des espaces plus encore que d’habitude marqués par l’isolement, la fracture numérique renforçant la faible accessibilité physique et les contraintes qu’elle fait habituellement porter sur la mobilité. Les acteurs intervenant dans la lutte contre les violences conjugales sont aussi moins nombreux dans les zones rurales et tout particulièrement dans les zones de montagne ; et le millefeuille territorial complique encore leur intervention, dans la mesure où les territoires d’intervention de ces acteurs ne se superposent pas, ou bien où les délimitations départementales relient des territoires ruraux sous l’aire d’attraction d’une grande ville à un chef-lieu de département tout à fait différent et éloigné. Dans les territoires ruraux, les acteurs locaux doivent donc prendre le relais et à ce titre, le maire occupe une position potentiellement stratégique, qui demanderait à être plus systématiquement investie. On retiendra enfin les problèmes que posent structurellement le fait que les interactions hors des grandes villes se fassent sous le régime de l’interconnaissance, ce qui augmente la probabilité que l’auteur des violences appartienne au cercle amical de personnes ressources comme le maire ou les gendarmes ; et qui complique pour les victimes la possibilité de se rendre dans des espaces ressources de manière anonyme.


[1] Cf. Thèse d’Eva San Martin consacrée à « La dimension spatiale de la violence conjugale » (Université Bordeaux Montaigne, 2019) : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02898938/document.

Et : Rapport de Marion Tillous consacré à « L’usage des outils de géolocalisation au sein du couple » pour la validation du DU sur les Violences Faites aux Femmes (Université Paris 8, 2020), disponible sur demande.

[2] Les notions marquées d’un astérisque sont développées dans la thèse d’Eva San Martin

[3] Selon les termes du rapport d’information du Sénat n° 567, op.cit.

Premiers résultats de la recherche

Ces résultats préliminaires sont la synthèse de l’analyse multi-thématique des entretiens réalisés auprès des victimes de violence conjugale et des acteurs intervenant dans la lutte contre ces violences. Ils sont amenés à être discutés avec les acteurs rencontrés au cours de la recherche, notamment. Une nouvelle version sera publiée à l’issue de ces échanges.

Les politiques de confinement et de restriction des déplacements menées en réponse à la crise sanitaire de covid-19 ont montré l’importance de penser la dimension spatiale des violences conjugales. Le présent projet de recherche, fondé sur deux enquêtes par entretiens auprès de femmes en situation de violences conjugales et des professionnel·les les accompagnant en Haute-Garonne et en Isère, en expose les différents aspects. Elle s’appuie sur la recherche géographique la plus récente sur le sujet (San Martin, 2019 ; Tillous, 2020). Une enquête quantitative portant sur les liens entre mobilité, conjugalité et confinement menée en Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes la complète.

Les mesures de confinement imposées entre le 17 mars et le 11 mai 2020 sont entrées en résonnance avec l’emprise spatiale habituellement exercée par les hommes violents sur leurs partenaires. Le fait pour une femme d’être fortement contrainte dans ses déplacements ou celui de devoir décliner un motif avant de sortir sont des effets directs de l’emprise spatiale*[1] exercée par l’agresseur. Cette emprise se décline également indirectement, par exemple par l’isolement vis-à-vis des proches qui a lui aussi été renforcé par le confinement. Pendant cette période, les femmes victimes se sont trouvées sans coulisses, c’est-à-dire sans possibilité ou presque d’échapper au regard de leurs agresseurs. Ceux-ci ont pu ; plus encore qu’à l’ordinaire, déployer leur emprise à l’intérieur du logement, privant les femmes d’espaces de quant-à-soi, et contrôlant l’ensemble de leur programme d’activité. L’arrêt du travail et la fermeture des écoles les ont privées de contacts avec des regards extérieurs, qui pouvaient témoigner des violences subies ou conforter les personnes victimes dans leur statut de sujets en capacité d’agir et non d’objets à la disposition de leur agresseur. Des méthodes spatiales de persécution passant par le fait d’empêcher la personne victime de rentrer à son domicile ont eu des conséquences démultipliées du fait du confinement.

Les femmes victimes ont toutefois continué à mettre en œuvre des stratégies de résistance face à la déprise spatiale*. Parce que – contrairement à ce que voudraient leur faire croire les hommes violents – elles sont des sujets, elles trouvent toujours des espaces, à des moments précis, pour garder un quant-à-soi. Les règles du confinement ont pu être exploitées à cette fin : par exemple parce qu’il était autorisé de sortir une heure par jour pour un exercice physique qui devait être individuel. De même en ce qui concerne l’émancipation à l’égard de l’agresseur, c’est-à-dire le départ ou la fuite, si le confinement a fortement contraint cette possibilité, il n’interdisait pas de quitter son domicile pour échapper à un homme violent, et certaines femmes s’en sont saisies. Les récits des victimes montrent d’ailleurs que la crise sanitaire a pu accélérer la décision de mettre fin à une relation conjugale violente pour différentes raisons : parce que l’augmentation des violences a a impliqué une prise en charge médicale ou policière par exemple, parce que le renforcement soudain de l’emprise a rendu la vie de couple plus clairement intenable, ou simplement parce que le confinement s’est traduit par un moment de rupture avec les habitudes et ouvert des possibles. D’un point de vue socio-spatial, le confinement a reconfiguré les rapports sociaux sur l’échelle de la proximité, et les personnes physiquement les plus proches (voisin·es, habitant·es du quartier) ont pris plus de place dans les relations sociales, au point de devenir parfois des personnes ressources dans la démarche du départ.

Le confinement a eu un effet généralement inverse sur les femmes séparées de leur ex-partenaire violent, puisqu’il a réduit les possibilités de l’agresseur d’entrer physiquement en contact avec elles. Avec l’arrêt du travail et la fermeture des écoles, les femmes ont pu vivre le confinement comme une bulle protectrice pour elles et leurs enfants éventuels. Ce constat est à nuancer puisque cet arrêt généralisé a aussi laissé beaucoup de temps pour imaginer et mettre en œuvre des techniques de harcèlement à distance ; et là encore, le fait d’empêcher la victime de rentrer dans son nouveau domicile a été utilisé à leurs dépens. Le flou concernant l’application des modalités de garde et la suspension des procédures civiles a aussi donné des prises aux ex-partenaires violents. Mais les femmes séparées ont pu malgré tout, de manière générale, se trouver protégées contre les violences physiques, et commencer à fréquenter à nouveau l’espace public et à retrouver des compétences spatiales. Leur reprise spatiale* s’est prolongée à l’issue du confinement.

L’accès à l’aide des femmes en situation de violences conjugales s’est trouvé fortement bousculé par la crise sanitaire et le confinement, passant d’un accès physique à un accès à distance. Les échelles de l’accompagnement face aux violences se sont de ce fait entrecroisées, l’échelle de réponse nationale (le 3919 en particulier) connaissant un nombre d’appel en forte hausse, tandis que les acteurs locaux étaient sollicités de manière inégale mais généralement inférieure à la normale. Les espaces du travail social ont été eux aussi considérablement transformés par la crise, avec une irruption du travail et donc des récits de violence et de précarité sociale au sein des domiciles des travailleur·ses social·es. Ce changement de lieu a demandé une adaptation importante pour s’approprier les outils numériques, mettre en place des modes de fonctionnement à distance, et faire face à la solitude et à la disparition des espaces de soutien informels. Cela a été particulièrement complexe à gérer pour les femmes qui se sont trouvées en charge de la majeure partie des tâches liées aux enfants, à l’entretien de la maison et au soutien affectif des proches, mais aussi parce que les récits de violence aveint de plus fortes chances de faire écho chez elles à des violences subies par le passé.  Ce sont le même type d’échos qu’ont connus certaines femmes ayant vécu des violences conjugales à l’écoute des communications de prévention nombreuses au début de la crise sanitaire sur le sujet.

La possibilité de fuir un agresseur est fortement liée pour les femmes victimes de violence à la disponibilité d’un hébergement pour elles et leurs enfants éventuels. En Isère, la forte mobilisation contre les violences conjugales au cours du confinement de la part des acteurs publics de différentes échelles a permis qu’un grand nombre de places soit proposé et de répondre très rapidement aux besoins des femmes victimes. Mais la saturation rapide avant même la fin du confinement a aussi montré que si le nombre de places est généralement insuffisant, c’est aussi la précarité qui empêche des personnes quittent les logements d’urgence vers des logements d’insertion puis vers une résidence pérenne, et sur elle qu’il faut que les politiques publiques agissent. En Haute Garonne, le nombre de places d’hébergement disponibles a au contraire été réduit, du fait que dans de nombreux centres, aucune nouvelle entrée n’a été autorisée pour des raisons sanitaires, laissant des places vacantes. Dans les deux départements, la vie dans les centres d’hébergements collectifs a été bouleversée par le confinement, et avec elle, la nature du travail social. Il a fallu faire respecter un ordre sanitaire strict ; les travailleur·ses social·es ayant soudain pour mission de contrôler les allers et venues des résidentes dans et hors des centres d’hébergement ; jusqu’à ce que le groupe des résidentes soit considéré comme une seule et même cellule d’habitation et que les contacts entre elles soient plus largement autorisés.

L’existence de réseaux d’acteurs solides dans les deux départements a permis une réactivité importante, bien que ces réseaux soient d’origine et de nature très différentes. En Haute-Garonne, le réseau, assez ancien, est structuré autour des associations nombreuses rattachées à la FNSF ; il peut être qualifié de réseau en filet puisqu’aucune structure ne prédomine. En Isère, le réseau départemental est plus récent, constitué à l’initiative de la déléguée départementale aux droits des femmes avec le soutien de la référente départementale violences conjugales ; il a plutôt une forme de réseau en étoile, organisé autour de cette double figure pivot. La crise sanitaire a montré l’importance du fonctionnement en réseau. Elle a aussi mis en évidence le rôle clé des figures articulaires, entre les différents domaines de compétence : notre étude a mis l’accent sur celles du Procureur·e de la République et de l’Intervenant·e social·e en commissariat et gendarmerie.

Ces deux figures servent notamment d’interface entre le domaine des forces de l’ordre et les autres (justice, social, etc.), et notre recherche montre que les besoins sont grands. En Haute-Garonne en particulier, les défauts de prise en charge sont nombreux, en particulier en ce qui concerne le dépôt de plainte. Pendant le confinement, les forces de l’ordre étaient les seules à pouvoir librement parcourir l’espace public et se sont trouvées en charge d’assurer l’ordre sanitaire. Malgré des initiatives très positives, en particulier du côté de la gendarmerie nationale, les problèmes structurels rencontrés au sein des forces de l’ordre conjugués à la menace du contrôle des déplacements a fortement compliqué le fait, pour les femmes victimes de violence, de trouver de l’aide auprès d’elles.


[1] Les notions marquées d’un astérisque sont développées dans la thèse d’Eva San Martin consacrée à « La dimension spatiale de la violence conjugale » (2019) : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02898938/document

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search