Projet de recherche : Les violences conjugales et la crise du Covid-19

La littérature existante sur la violence conjugale apporte aujourd’hui une connaissance approfondie sur la nature et les caractéristiques de ce phénomène. Les traités internationaux (CEDAW, Convention d’Istanbul), les enquêtes publiques (ENVEFF, VIRAGE) et les auteures activistes et chercheuses (Hanmer, 1977 ; Falquet, 1997 ; Hirigoyen 2005 ; Romito, 2006 ;  Jaspard, 2015) s’accordent sur le fait que la violence conjugale puise sa logique dans une asymétrie et dans un pouvoir du conjoint à l’égard de sa partenaire. Elle opère par une appropriation de son corps et une négation dans sa qualité de sujet. Ce phénomène se matérialise aussi par une emprise spatiale, c’est-à-dire par l’impossibilité de s’approprier et d’habiter les espaces, mais aussi, par un contrôle et une surveillance spatiale (allant par exemple jusqu’à l’utilisation des techniques de géolocalisation (Tillous, 2020)). Ces facteurs ont comme conséquence une diminution progressive du champ d’action spatiale des femmes concernées (perte de compétences spatiales, déprise spatiale (San Martin, 2019)).

En période de crise sanitaire du Covid-19, les autorités publiques imposé une restriction spatiale à l’ensemble de la population. Cette décision s’est redoublée de l’introduction de techniques de géolocalisation pour permettre d’identifier les possibles contagions. Ces mesures, bien que destinées à assurer la sécurité de tous·tes – et surtout de ceux.celles étant en situation de vulnérabilité – semblent rentrer en résonance avec le mode opératoire de la violence conjugale.

Cet état de fait interroge indéniablement le domaine de la sociologie et de la géographie, et se trouve à l’origine de la présente recherche. Ainsi, se déroulant dans les territoires de La Haute Garonne et de l’Isère entre novembre 2020 et août 2021, cette recherche vise, d’une part, accompagner les politiques publiques dans l’élaboration des réponses adaptées qui prennent en compte les situations de violence conjugale en cas de nouvelle crise sanitaire et, d’autre part, à formuler des propositions d’action qui favorisent une reprise spatiale des femmes dans l’espace public post-confinement.

Afin de parvenir à ces objectifs, cette recherche se construit autour de trois axes principaux. Le premier porte sur les effets du confinement et des mesures corollaires sur les pratiques spatiales des femmes victimes de violence conjugale. Le deuxième s’intéresse à la manière dont les acteurs publics et associatifs locaux ont adapté leur action pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire. Nous tenterons aussi dans un troisième temps de mesurer quantitativement l’impact de la crise sanitaire sur les mobilités des femmes faisant l’objet d’une surveillance de la part de leur partenaire intime. Pour ce faire, nous allons articuler la documentation scientifique et la littérature grise aux résultats d’une enquête fondée sur une méthodologie  mixte – à la fois qualitative et quantitative. Ainsi, nous mettrons en place une quarantaine d’entretiens semi-directifs auprès des acteurs publics et associatifs, et une soixantaine d’entretiens auprès des femmes concernées. Aussi, nous mènerons une enquête de mobilité sur internet à destination d’un échantillon d’environ 1000 femmes.

Le matériau obtenu par ce dispositif donnera lieu à des analyses qui feront l’objet de publications et des communications à destination de la communauté scientifique, des acteurs publics et du grand public. Fortement ancrée dans une perspective interdisciplinaire, cette recherche sera réalisée par une équipe composée par Marion Tillous, maîtresse de conférences en géographie et études de genre au sein de l’Université Paris 8 et coordinatrice de ce projet de recherche ; Eva San Martin, docteure en géographie du genre et cadre pédagogique au centre professionnel de travail social à Souilhanels (11) ; Julie Bulteau, maîtresse de conférences en sciences économiques, spécialisée en économie des transports et de l’environnement, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) ; Pauline Delage, sociologue, chargée de recherche au CNRS, rattachée au CRESPPA-CSU, spécialisée dans les politiques publiques  contre les violences de genre dans différents contextes historiques et géographiques.

Cette recherche se veut une contribution concrète pour que les femmes vivant ou ayant vécu des situations de violence conjugale parviennent à une reprise spatiale et à la possibilité d’habiter librement les espaces publics comme privés. Nous veillerons ainsi à formuler des recommandations et des propositions sur l’aménagement des espaces intérieurs et intermédiaires (parties communes des immeubles d’habitation collectif) visant à la fois à offrir des espaces ressources pour les femmes victimes en cas de nouveau confinement, et des lieux favorisant la mise en relation avec leurs voisin·es de façon à briser l’isolement mis en place par leur agresseur et renforcé par le confinement. Enfin, nous envisagerons l’opportunité et la faisabilité d’une application à destination des femmes victimes d’une surveillance spatiale post-confinement leur permettant d’échapper à la géolocalisation par leur agresseur.

Bibliographie

Delage, P. (2017). Violences conjugales. Du combat féministe à la cause publique. Paris : Les Presses de Sciences Po. (Coll. Académique).

Falquet, J. (1997). “Guerre de basse intensité contre les femmes ? La violence domestique comme torture, réflexions sur la violence comme système à partir du cas salvadorien”. Nouvelles Questions Féministes, vol. 18 (3-4), p. 129-160.

Hanmer, J. (1977). “Violences et contrôle social des femmes”. Questions Féministes, n° 1, p. 68-88.

Hirigoyen, M.-F. (2005). Femmes sous emprise. Les ressorts de la violence dans le couple. Paris : Oh ! Éditions.

Jaspard, M. (2015). Je suis à toi, tu es à moi. Violence et passion conjugales. Paris : Payot. (Coll. Essais).

Romito, P. (2006). Un silence de mortes. La violence masculine occultée. Paris : Syllepse. (Coll. Nouvelles Questions Féministes).

San Martin, E. (2019). “La dimension spatiale de la violence conjugale”, Thèse de doctorat en aménagement de l’espace et urbanisme, Univ. Bordeaux Montaigne.

Tillous, M. (2020). “L’usage des outils de géolocalisation au sein du couple : contrôle spatial et violences conjugales”. Diplôme Universitaire sur les Violences Faites aux Femmes, Univ. Paris 8. Disponible sur demande à marion.tillous[at]univ-paris8.fr

Communications passées et à venir

8 avril 2021 : Congrès de l’American Association of Geographers. The Spatial Dimension of Domestic Violence & the Covid-19 Crisis. Session : “Militarism, Violence, Securitization and Health” (dir. : Ozlem Ayse Ozgur). LIEN.

22 avril 2021 : Congrès international Género Y Espacio de l’Université de Mexico. La dimensión espacial de la violencia doméstica hacia la mujer en periodo de crisis COVID-19 en Francia. Session : Impactos del Covid 19. LIEN.

21 mai 2021 : Séminaire inter-équipe de l’UMR PACTE “Crise de la Covid”. Confinement et violences conjugales. LIEN.

10 juin 2021. Journée d’étude de l’unité de recherche “Logement, inégalités spatiales et trajectoires”. Le logement, outil de l’emprise des agresseurs ; l’hébergement, levier de l’émancipation des victimes. LIEN.

18 août 2021. Congrès de l’Union Géographie Internationale – Istanbul. The Spatial Dimension of Domestic Violence & the Covid-19 Crisis. Session “COVID-19 Session: Women in COVID-19”. LIEN.

2 octobre 2021. Festival de Géographie de Saint-Dié. Présentation des résultats de la recherche dans le cadre de la table-ronde “Géographie de la violence“. LIEN.

16 novembre 2021. Union régionale solidarité femmes. Colloque : “Le couple et les rencontres au temps du numérique : égalité ou stéréotypes revisités ?”. La dimension spatiale de la conjugalité. Du contrôle spatial ordinaire aux violences conjugales. LIEN.

16-17 décembre 2021. Colloque EFiGiES : “Les violences de genre et les corps précarisés par la covid-19”. La crise sanitaire de Covid-19 comme révélateur de la dimension spatiale des violences conjugales. LIEN.

1er avril 2022. Rencontres de géographies féministes.  Présentation des résultats du projet de recherche ANR / Fondation de France “Spatialité des violences conjugales & Covid-19”. Atelier “Travailler sur les violences conjugales en géographie”.

19 mai 2022. Ecole thématique du CNRS “Etudier, comprendre et appréhender les violences fondées sur le genre. Perspectives interdisciplinaires et internationales” Méthodes mixtes pour appréhender la dimension spatiale des violences de genre.

10 juin 2022. Séminaire « Genre, Institutions et Politiques publiques » du groupe de recherche « Genre, emploi et politiques publiques ». Présentation des résultats du projet de recherche ANR / Fondation de France “Spatialité des violences conjugales & Covid-19”.

20 juin 2022. Workshop « Expériences du droit en urgence sanitaire » organisé par Sciences Po / CSO. La norme juridique en première ligne ? Le traitement des violences dans le couple pendant le confinement de mars 2020.

Juillet 2022. Congrès de l’Union Géographie Internationale – Paris. Les conséquences de la crise sanitaire pour les victimes de violences conjugales séparées de leur conjoint : le confinement au service de la justice ? Session : Time for Spatial Justice.

 

 

Equipe de recherche

Le projet est porté par une équipe de recherche de cinq personnes. Eva San Martin et Marion Tillous en assurent la direction scientifique. Marion Tillous en assure la coordination.

Marion Tillous est maîtresse de conférences en géographie et études de genre au sein de l’Université Paris 8. C’est elle qui coordonne le projet. Après avoir travaillé sur les facteurs qui déterminent la mobilité des femmes dans l’espace public (ses recherches sur la controverse autour des voitures de métro réservées aux femmes ont donné lieu à différentes publications dans des ouvrages et revues à comité de lecture), elle s’est intéressée à ceux qui, depuis l’espace privé, ont un impact sur la mobilité des femmes, à savoir la répartition genrée des rôles et le contrôle spatial au sein du couple. Dans le cadre du Diplôme Universitaire sur les Violences Faites aux Femmes, elle a mené une recherche sur l’usage des outils de géolocalisation du couple qui fait office d’enquête préliminaire au présent projet de recherche. Au cours de l’année 2020-21, elle est accueillie en délégation CNRS au sein du laboratoire PACTE à Grenoble (Équipe Justice Sociale).

Evangelina San Martin Zapatero est docteure en géographie du genre et cadre pédagogique au centre professionnel de travail social à Souilhanels (11). Après son mémoire sur les violences conjugales dans le cadre de son DESS « politiques sociales et rapports sociaux de sexe » à l’université Toulouse Le-Mirail, elle a exercé en tant qu’accompagnatrice auprès des femmes victimes de violence conjugale au sein d’une association membre de la FNSF à Revel (31). A partir d’un dispositif de recherche qualitative mobilisant des observations participantes, des entretiens semi-directifs, des ateliers de cartographie et des groupes de discussion, sa thèse doctorale met en exergue les conséquences spatiales de la violence conjugale, en particulier le phénomène de déprise spatiale. Elle participe au projet avec un statut de post-doctorante.

Julie Bulteau est maîtresse de conférences en sciences économiques, spécialisée en économie des transports et de l’environnement, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ). Via ses travaux de recherches sur la mobilité durable, elle a notamment participé à plusieurs enquêtes quantitatives de comportements de mobilité, de la conception du questionnaire jusqu’au traitement et à l’analyse de données : l’une était axée sur l’adoption des nouvelles technologies telles que des applications multimodales, une autre sur les déterminants des mobilités partagées (covoiturage et autopartage) en Ile-de-France et enfin une réalisée récemment sur les comportements de mobilité, l’exposition individuelle en temps réel à la pollution atmosphérique et les relations potentielles avec la santé. Ces différentes enquêtes ont mené à des publications (Dantan et al.  2015, 2017 ; Bulteau et al. 2019).

Pauline Delage est sociologue, chargée de recherche au CNRS, rattachée au CRESPPA-CSU. Elle étudie les politiques d’égalité et l’action publique contre les violences de genre dans différents contextes historiques et géographiques et est l’auteure des ouvrages Violences conjugales. Du combat féministe à la cause publique (Presses de Science Po, 2017), Droits des femmes. Tout peut disparaître (Textuel, 2018) ou encore, avec Marylène Lieber et Marta Roca i Escoda, Contrer les violences domestiques (Antipodes, 2020). A partir de ses recherches sur les violences de genre, elle a également publié plusieurs articles parus notamment dans Politix et Critique internationale, et a codirigé un numéro des Cahiers du genre et un autre de Droit et Société. Avec Catherine Cavalin et Delphine Lacombre, elle est co-fondatrice et co-animatrice du laboratoire junior ViSaGe qui rassemble une quarantaine de jeunes chercheuses travaillant sur les violences de genre.

John Esteban Rodriguez a rejoint le projet début janvier 2020 en tant qu’ingénieur de recherche. Il assure le traitement et l’analyse du volet quantitatif de l’enquête. Au cours de son parcours académique, il s’est formé à la conception et au déploiement des questionnaires scientifiques, ainsi qu’au traitement et à l’analyse des bases de données à l’aide du logiciel R. Il a appliqué ses connaissances en méthodes quantitatives pour étudier, dans son mémoire de Master 1, les modes de présentation de soi en fonction de l’identification ethno-raciale sur deux applications de rencontre géolocalisées. Son mémoire de Master 2 à l’EHESS en Études sur le genre (2020) a mobilisé, quant à lui, les données de l’enquête Trajectoires et Origines (INED-INSEE, 2008) pour montrer les facteurs associés au célibat en France métropolitaine tout en articulant une approche à l’intersection des études de genre, de l’immigration et de la discrimination.

Ont également contribué au projet de recherche : Kamila Bouchemal et Virginie Petrus-Andonissamy (Université Paris 8) pour la gestion, Gwenaëlle Denis et Prisca Groisy pour la retranscription des entretiens, et Guillaume Lavezzari (OKB Buro) pour le graphisme.

Financement et partenaires

Projet retenu par l’Agence Nationale de la Recherche dans le cadre de l’appel à projets RA-COVID.

Financeur principal : Fondation de France

Autres financeurs :
Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis
Université Versailles Saint-Quentin
CNRS

Laboratoires partenaires :
LEGS – Laboratoire d’études de genre et de sexualité – UMR 8238
CEARC – Cultures, Environnements, Arctique, Répresentations, Climat – UR 4455
CRESPPA-GTM – Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris – UMR 7217
PACTE-Justice Sociale – Laboratoire de sciences sociales – UMR 5194

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search