Equipe de recherche

Le projet est porté par une équipe de recherche de cinq personnes. Eva San Martin et Marion Tillous en assurent la direction scientifique. Marion Tillous en assure la coordination.

Marion Tillous est maîtresse de conférences en géographie et études de genre au sein de l’Université Paris 8. C’est elle qui coordonne le projet. Après avoir travaillé sur les facteurs qui déterminent la mobilité des femmes dans l’espace public (ses recherches sur la controverse autour des voitures de métro réservées aux femmes ont donné lieu à différentes publications dans des ouvrages et revues à comité de lecture), elle s’est intéressée à ceux qui, depuis l’espace privé, ont un impact sur la mobilité des femmes, à savoir la répartition genrée des rôles et le contrôle spatial au sein du couple. Dans le cadre du Diplôme Universitaire sur les Violences Faites aux Femmes, elle a mené une recherche sur l’usage des outils de géolocalisation du couple qui fait office d’enquête préliminaire au présent projet de recherche. Au cours de l’année 2020-21, elle est accueillie en délégation CNRS au sein du laboratoire PACTE à Grenoble (Équipe Justice Sociale).

Evangelina San Martin Zapatero est docteure en géographie du genre et cadre pédagogique au centre professionnel de travail social à Souilhanels (11). Après son mémoire sur les violences conjugales dans le cadre de son DESS « politiques sociales et rapports sociaux de sexe » à l’université Toulouse Le-Mirail, elle a exercé en tant qu’accompagnatrice auprès des femmes victimes de violence conjugale au sein d’une association membre de la FNSF à Revel (31). A partir d’un dispositif de recherche qualitative mobilisant des observations participantes, des entretiens semi-directifs, des ateliers de cartographie et des groupes de discussion, sa thèse doctorale met en exergue les conséquences spatiales de la violence conjugale, en particulier le phénomène de déprise spatiale. Elle participe au projet avec un statut de post-doctorante.

Julie Bulteau est maîtresse de conférences en sciences économiques, spécialisée en économie des transports et de l’environnement, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ). Via ses travaux de recherches sur la mobilité durable, elle a notamment participé à plusieurs enquêtes quantitatives de comportements de mobilité, de la conception du questionnaire jusqu’au traitement et à l’analyse de données : l’une était axée sur l’adoption des nouvelles technologies telles que des applications multimodales, une autre sur les déterminants des mobilités partagées (covoiturage et autopartage) en Ile-de-France et enfin une réalisée récemment sur les comportements de mobilité, l’exposition individuelle en temps réel à la pollution atmosphérique et les relations potentielles avec la santé. Ces différentes enquêtes ont mené à des publications (Dantan et al.  2015, 2017 ; Bulteau et al. 2019).

Pauline Delage est sociologue, chargée de recherche au CNRS, rattachée au CRESPPA-CSU. Elle étudie les politiques d’égalité et l’action publique contre les violences de genre dans différents contextes historiques et géographiques et est l’auteure des ouvrages Violences conjugales. Du combat féministe à la cause publique (Presses de Science Po, 2017), Droits des femmes. Tout peut disparaître (Textuel, 2018) ou encore, avec Marylène Lieber et Marta Roca i Escoda, Contrer les violences domestiques (Antipodes, 2020). A partir de ses recherches sur les violences de genre, elle a également publié plusieurs articles parus notamment dans Politix et Critique internationale, et a codirigé un numéro des Cahiers du genre et un autre de Droit et Société. Avec Catherine Cavalin et Delphine Lacombre, elle est co-fondatrice et co-animatrice du laboratoire junior ViSaGe qui rassemble une quarantaine de jeunes chercheuses travaillant sur les violences de genre.

John Esteban Rodriguez a rejoint le projet début janvier 2020 en tant qu’ingénieur de recherche. Il assure le traitement et l’analyse du volet quantitatif de l’enquête. Au cours de son parcours académique, il s’est formé à la conception et au déploiement des questionnaires scientifiques, ainsi qu’au traitement et à l’analyse des bases de données à l’aide du logiciel R. Il a appliqué ses connaissances en méthodes quantitatives pour étudier, dans son mémoire de Master 1, les modes de présentation de soi en fonction de l’identification ethno-raciale sur deux applications de rencontre géolocalisées. Son mémoire de Master 2 à l’EHESS en Études sur le genre (2020) a mobilisé, quant à lui, les données de l’enquête Trajectoires et Origines (INED-INSEE, 2008) pour montrer les facteurs associés au célibat en France métropolitaine tout en articulant une approche à l’intersection des études de genre, de l’immigration et de la discrimination.

Ont également contribué au projet de recherche : Kamila Bouchemal et Virginie Petrus-Andonissamy (Université Paris 8) pour la gestion, Gwenaëlle Denis et Prisca Groisy pour la retranscription des entretiens, et Guillaume Lavezzari (OKB Buro) pour le graphisme.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search