Premiers résultats de la recherche

Ces résultats préliminaires sont la synthèse de l’analyse multi-thématique des entretiens réalisés auprès des victimes de violence conjugale et des acteurs intervenant dans la lutte contre ces violences. Ils sont amenés à être discutés avec les acteurs rencontrés au cours de la recherche, notamment. Une nouvelle version sera publiée à l’issue de ces échanges.

Les politiques de confinement et de restriction des déplacements menées en réponse à la crise sanitaire de covid-19 ont montré l’importance de penser la dimension spatiale des violences conjugales. Le présent projet de recherche, fondé sur deux enquêtes par entretiens auprès de femmes en situation de violences conjugales et des professionnel·les les accompagnant en Haute-Garonne et en Isère, en expose les différents aspects. Elle s’appuie sur la recherche géographique la plus récente sur le sujet (San Martin, 2019 ; Tillous, 2020). Une enquête quantitative portant sur les liens entre mobilité, conjugalité et confinement menée en Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes la complète.

Les mesures de confinement imposées entre le 17 mars et le 11 mai 2020 sont entrées en résonnance avec l’emprise spatiale habituellement exercée par les hommes violents sur leurs partenaires. Le fait pour une femme d’être fortement contrainte dans ses déplacements ou celui de devoir décliner un motif avant de sortir sont des effets directs de l’emprise spatiale*[1] exercée par l’agresseur. Cette emprise se décline également indirectement, par exemple par l’isolement vis-à-vis des proches qui a lui aussi été renforcé par le confinement. Pendant cette période, les femmes victimes se sont trouvées sans coulisses, c’est-à-dire sans possibilité ou presque d’échapper au regard de leurs agresseurs. Ceux-ci ont pu ; plus encore qu’à l’ordinaire, déployer leur emprise à l’intérieur du logement, privant les femmes d’espaces de quant-à-soi, et contrôlant l’ensemble de leur programme d’activité. L’arrêt du travail et la fermeture des écoles les ont privées de contacts avec des regards extérieurs, qui pouvaient témoigner des violences subies ou conforter les personnes victimes dans leur statut de sujets en capacité d’agir et non d’objets à la disposition de leur agresseur. Des méthodes spatiales de persécution passant par le fait d’empêcher la personne victime de rentrer à son domicile ont eu des conséquences démultipliées du fait du confinement.

Les femmes victimes ont toutefois continué à mettre en œuvre des stratégies de résistance face à la déprise spatiale*. Parce que – contrairement à ce que voudraient leur faire croire les hommes violents – elles sont des sujets, elles trouvent toujours des espaces, à des moments précis, pour garder un quant-à-soi. Les règles du confinement ont pu être exploitées à cette fin : par exemple parce qu’il était autorisé de sortir une heure par jour pour un exercice physique qui devait être individuel. De même en ce qui concerne l’émancipation à l’égard de l’agresseur, c’est-à-dire le départ ou la fuite, si le confinement a fortement contraint cette possibilité, il n’interdisait pas de quitter son domicile pour échapper à un homme violent, et certaines femmes s’en sont saisies. Les récits des victimes montrent d’ailleurs que la crise sanitaire a pu accélérer la décision de mettre fin à une relation conjugale violente pour différentes raisons : parce que l’augmentation des violences a a impliqué une prise en charge médicale ou policière par exemple, parce que le renforcement soudain de l’emprise a rendu la vie de couple plus clairement intenable, ou simplement parce que le confinement s’est traduit par un moment de rupture avec les habitudes et ouvert des possibles. D’un point de vue socio-spatial, le confinement a reconfiguré les rapports sociaux sur l’échelle de la proximité, et les personnes physiquement les plus proches (voisin·es, habitant·es du quartier) ont pris plus de place dans les relations sociales, au point de devenir parfois des personnes ressources dans la démarche du départ.

Le confinement a eu un effet généralement inverse sur les femmes séparées de leur ex-partenaire violent, puisqu’il a réduit les possibilités de l’agresseur d’entrer physiquement en contact avec elles. Avec l’arrêt du travail et la fermeture des écoles, les femmes ont pu vivre le confinement comme une bulle protectrice pour elles et leurs enfants éventuels. Ce constat est à nuancer puisque cet arrêt généralisé a aussi laissé beaucoup de temps pour imaginer et mettre en œuvre des techniques de harcèlement à distance ; et là encore, le fait d’empêcher la victime de rentrer dans son nouveau domicile a été utilisé à leurs dépens. Le flou concernant l’application des modalités de garde et la suspension des procédures civiles a aussi donné des prises aux ex-partenaires violents. Mais les femmes séparées ont pu malgré tout, de manière générale, se trouver protégées contre les violences physiques, et commencer à fréquenter à nouveau l’espace public et à retrouver des compétences spatiales. Leur reprise spatiale* s’est prolongée à l’issue du confinement.

L’accès à l’aide des femmes en situation de violences conjugales s’est trouvé fortement bousculé par la crise sanitaire et le confinement, passant d’un accès physique à un accès à distance. Les échelles de l’accompagnement face aux violences se sont de ce fait entrecroisées, l’échelle de réponse nationale (le 3919 en particulier) connaissant un nombre d’appel en forte hausse, tandis que les acteurs locaux étaient sollicités de manière inégale mais généralement inférieure à la normale. Les espaces du travail social ont été eux aussi considérablement transformés par la crise, avec une irruption du travail et donc des récits de violence et de précarité sociale au sein des domiciles des travailleur·ses social·es. Ce changement de lieu a demandé une adaptation importante pour s’approprier les outils numériques, mettre en place des modes de fonctionnement à distance, et faire face à la solitude et à la disparition des espaces de soutien informels. Cela a été particulièrement complexe à gérer pour les femmes qui se sont trouvées en charge de la majeure partie des tâches liées aux enfants, à l’entretien de la maison et au soutien affectif des proches, mais aussi parce que les récits de violence aveint de plus fortes chances de faire écho chez elles à des violences subies par le passé.  Ce sont le même type d’échos qu’ont connus certaines femmes ayant vécu des violences conjugales à l’écoute des communications de prévention nombreuses au début de la crise sanitaire sur le sujet.

La possibilité de fuir un agresseur est fortement liée pour les femmes victimes de violence à la disponibilité d’un hébergement pour elles et leurs enfants éventuels. En Isère, la forte mobilisation contre les violences conjugales au cours du confinement de la part des acteurs publics de différentes échelles a permis qu’un grand nombre de places soit proposé et de répondre très rapidement aux besoins des femmes victimes. Mais la saturation rapide avant même la fin du confinement a aussi montré que si le nombre de places est généralement insuffisant, c’est aussi la précarité qui empêche des personnes quittent les logements d’urgence vers des logements d’insertion puis vers une résidence pérenne, et sur elle qu’il faut que les politiques publiques agissent. En Haute Garonne, le nombre de places d’hébergement disponibles a au contraire été réduit, du fait que dans de nombreux centres, aucune nouvelle entrée n’a été autorisée pour des raisons sanitaires, laissant des places vacantes. Dans les deux départements, la vie dans les centres d’hébergements collectifs a été bouleversée par le confinement, et avec elle, la nature du travail social. Il a fallu faire respecter un ordre sanitaire strict ; les travailleur·ses social·es ayant soudain pour mission de contrôler les allers et venues des résidentes dans et hors des centres d’hébergement ; jusqu’à ce que le groupe des résidentes soit considéré comme une seule et même cellule d’habitation et que les contacts entre elles soient plus largement autorisés.

L’existence de réseaux d’acteurs solides dans les deux départements a permis une réactivité importante, bien que ces réseaux soient d’origine et de nature très différentes. En Haute-Garonne, le réseau, assez ancien, est structuré autour des associations nombreuses rattachées à la FNSF ; il peut être qualifié de réseau en filet puisqu’aucune structure ne prédomine. En Isère, le réseau départemental est plus récent, constitué à l’initiative de la déléguée départementale aux droits des femmes avec le soutien de la référente départementale violences conjugales ; il a plutôt une forme de réseau en étoile, organisé autour de cette double figure pivot. La crise sanitaire a montré l’importance du fonctionnement en réseau. Elle a aussi mis en évidence le rôle clé des figures articulaires, entre les différents domaines de compétence : notre étude a mis l’accent sur celles du Procureur·e de la République et de l’Intervenant·e social·e en commissariat et gendarmerie.

Ces deux figures servent notamment d’interface entre le domaine des forces de l’ordre et les autres (justice, social, etc.), et notre recherche montre que les besoins sont grands. En Haute-Garonne en particulier, les défauts de prise en charge sont nombreux, en particulier en ce qui concerne le dépôt de plainte. Pendant le confinement, les forces de l’ordre étaient les seules à pouvoir librement parcourir l’espace public et se sont trouvées en charge d’assurer l’ordre sanitaire. Malgré des initiatives très positives, en particulier du côté de la gendarmerie nationale, les problèmes structurels rencontrés au sein des forces de l’ordre conjugués à la menace du contrôle des déplacements a fortement compliqué le fait, pour les femmes victimes de violence, de trouver de l’aide auprès d’elles.


[1] Les notions marquées d’un astérisque sont développées dans la thèse d’Eva San Martin consacrée à « La dimension spatiale de la violence conjugale » (2019) : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02898938/document


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.